Alou Diarra, le capitaine des Bleus lors des 3 derniers matches

La politique de fermeté envers les joueurs s'est logiquement accompagnée de l'appel de nouvelles têtes.

Confronté à la difficulté de constituer un nouveau groupe après la déroute de l'Afrique du Sud, Laurent Blanc a accordé sa confiance à 13 joueurs n'ayant jamais connu la joie d'une sélection lors du match face à la Norvège: Ruffier, Douchez, Cissokho, Debuchy, Trémoulinas, Rami, Sakho, Cabaye, Matuidi, M'Vila, N'Zogbia, Hoarau et Ménez. Avec le retour de suspension des Mondialistes, certains ont disparu mais restent sûrement dans les petits papiers du sélectionneur en cas de blessure ou de méforme. Blessé en août, Gameiro a également fait son apparition dans le groupe.

En revanche, certains éléments présents à la Coupe du monde sont passés à la trappe. Abidal, Cissé, Gignac, Henry, Gallas, Squillaci, Planus ou encore Govou ont, pour diverses raisons (retraite, méforme, choix du sélectionneur), disparu. Quant aux sanctionnés de la FFF, si Evra et Anelka purgent encore leur suspension, Toulalan n'est pas réapparu et Ribéry est actuellement blessé.

Face à l'émergence de toutes ces nouvelles têtes, symbolisées par M'Vila, Diaby ou encore Rami, Le Président doit réussir à faire émerger des leaders, des cadres pour entourer cette jeune équipe. Concernant l'attribution du brassard, il a décidé de faire tourner cette responsabilité avant de prendre une décision définitive. Trois joueurs se sont donc vus confier le capitanat: Philippe Mexès en Norvège, Florent Malouda contre la Biélorussie et Alou Diarra lors des trois dernières rencontres (Bosnie, Roumanie, Luxembourg). Le Bordelais, homme de base de Blanc en Gironde, semble en tout cas se détacher. Plus généralement, des joueurs comme Benzema, Nasri ou encore Gourcuff sont très attendus pour assurer un leadership non pas mental mais technique...