Noël Le Graët

Déçus par le comportement de certains éléments de l'équipe de France, les sponsors des Bleus ont déjà décidé de ne pas régler la totalité de la somme destinée à être versée à l'occasion de l'Euro 2012.

En attendant d'en savoir plus au sujet des sanctions dont pourraient écoper Nasri, Ménez, M'Vila et Ben Arfa, la première sanction est tombée pour le football français, et elle est d'ordre financier. Ce sont 750 000 euros qui ne tomberont pas dans l'escarcelle de la Fédération Française de Football pour compenser le déficit en image auxquels les sponsors ne manqueront pas d'être associés.

Les sponsors déçus 

Il faut dire que depuis le désastre de Knysna, ces derniers ont particulièrement resserré les boulons de leur partenariat après de la Fédé. Ainsi, il est négocié chaque année une dotation globale (18 millions d'euros cette saison) dont la moitié peut être amputée de 20%, selon que les Bleus renvoient une bonne image auprès du public ou non. Cette image est évaluée par des sondages mensuels, qui débouchent sur une note d'amour de l'équipe de France. Pour l'instant, celle-ci est de 5,5 sur 10. Il lui faudrait un point de plus pour que cette partie soit reversée plein pot alors que les évènements de Donetsk n'ont pas encore été pris en compte dans l'évaluation.

La déception des sponsors, notamment PMU, dont le directeur de la communication a dénoncé auprès de L'Equipe "une équipe qui n'était pas ouverte et qui ne respectait pas ses supporteurs", ne devrait pas inciter la FFF à verser dans la clémence au moment de décider si elle suspendra les principaux responsables de cette dégradation.