Laurent Blanc

Laurent Blanc a achevé sa première saison et demie à la tête des Bleus. Si d'un point de vue sportif et comptable, le bilan du Président semble plutôt favorable, en revanche le spectacle n'est pas au rendez-vous. Si bien qu'on se demande si tous les reproches faits à Raymond Domenech n'étaient peut-être pas exagérés. Laurent Blanc vous séduit-il plus que Raymond Domenech ? Chronofoot lance le débat et donne la parole à ses lecteurs...

L'équipe de France a disputé son dernier match de l'année 2011 mardi soir au Stade de France face à la Belgique. Et c'est une nouvelle fois une copie bien terne qu'a rendue la formation coachée par Laurent Blanc. Un 0-0 sans saveur qui suit une rencontre très décevante (1-0 face aux USA). Plus globalement, les dernières sorties des Bleus n'ont pas été franchement folichonnes. Chronofoot a donc décidé de jouer la provoc' et de se demander si "ce n'était pas mieux avant"

Le bilan de Blanc est-il meilleur que celui de Domenech ?

Et bien entendu, on entend déjà les premiers: "Mais c'est n'importe quoi ce sujet". Sportivement, cela semble évident dans un premier temps. Laurent Blanc possède un bilan comptable quasi parfait. En 19 matches, le successeur de Raymond Domenech n'a connu la défaite qu'à deux reprises, qui plus est lors de ses deux premières sorties. Un revers face à la Norvège (sans les Mondialistes) et face à la Biélorussie. Depuis, c'est un parcours sans faute et une série d'invincibilité de 17 matches.

Alors là, c'est sûr Raymond peut aller se rhabiller ! Et bien pas tant que ça. Quand l'ancien coach des Espoirs a pris les rênes des A à l'été 2004, il a lui aussi réalisé un parcours quasi sans faute. Ainsi, lors de ses 19 premiers matches, Ray a concédé la défaite à une seule et unique reprise face à la Slovaquie en mars 2006 (la deuxième défaite intervenant lors de son 32e match avec les Bleus). Sinon c'est un bilan de 9 victoires et 9 matches nuls. Soit un total de 38 points pris (si nous prenons exemple sur une formule de championnat). Laurent Blanc cumule 11 victoires et 6 nuls, soit un total de... 39 points pris. Pas de quoi non plus rendre Raymond totalement ridicule.

L'état de grâce du débutant

C'est donc sur le fond qu'il faut confronter les deux hommes. Lorsque Laurent Blanc a pris la tête de la sélection française, c'est un "ouf" de soulagement national qui s'est emparé du football français. Les médias comme les joueurs, ou les soi-disant spécialistes, se réjouissaient de l'arrivée d'un technicien offensif et qui "respecterait" un peu plus les journalistes et le public. Malgré un départ catastrophique, avec une équipe en totale perdition et en reconstruction, Laurent Blanc a bénéficié d'un traitement médiatique irréprochable. Aucune critique, et du temps pour bosser. Un état de grâce qu'il doit en grande partie à son prédécesseur.

Mais ce que les gens ont peut-être oublié, c'est que Raymond Domenech était arrivé dans les mêmes conditions en équipe de France. Après une Coupe du monde 2002 catastrophique et un Euro 2004 très décevant, les Bleus avaient besoin d'un souffle nouveau. Et l'intellectuel Domenech, avec ses petites phrases assassines et sibyllines, avait conquis dans un premier temps, avant d'agacer par la suite, en se renfermant dans un personnage qu'il s'était lui-même concocté.

Blanc plus offensif que Domenech ? Vous êtes sûrs ?!

Qu'est-ce qui nous empêche d'imaginer un scénario similaire pour Laurent Blanc ? Car si Domenech a été attaqué sur sa communication, il a aussi été très souvent pointé du doigt pour sa frilosité tactique. Mais à y regarder de plus près, Laurent Blanc est-il vraiment plus offensif que Raymond Domenech. Après 19 rencontres à la tête des Bleus, Ray et Lolo, comptabilisent chacun le même bilan statistique: 27 buts marqués pour 9 encaissés. Incroyable mais vrai ! Alors qui est frileux maintenant ?

Car comme le fait remarquer Jean-Michel Larqué, qui n'a jamais été réputé pour être un défenseur de Raymond Domenech, Blanc n'a pas su donner à cette équipe l'allant nécessaire pour s'imposer: "La vraie question que je me pose aujourd’hui, c’est de savoir si Laurent Blanc, qui avait terminé sur une équipe en grande difficulté avec les Girondins de Bordeaux, a été capable aujourd’hui d’insuffler un style, une stratégie, une idée directrice à cette équipe de France. On doit légitimement se poser la question", lâche-t-il sur les ondes de RMC.

Mais après un an et demi de mandat, les critiques autour d'un sélectionneur qui réussit sans vraiment séduire se font toujours très rares. Pourquoi ? Blanc bénéficie de la jurisprudence "Domenech". C'est-à-dire que son prédécesseur a tellement été critiqué, (peut-être parfois trop) que les médias (et le public) ont décidé d'être plus "patients" avec son successeur (peut-être trop)... Mais en définitive, le problème ne vient peut-être pas du sélectionneur, mais de la qualité des joueurs français. Tout simplement...

Laurent Blanc vous séduit-il plus que Raymond Domenech ? Chronofoot lance le débat et donne la parole à ses lecteurs... Donnez votre avis dans les commentaires !