Un groupe uni autour de Laurent Blanc

Si l'équipe de France réussit son renouvellement médiatique, c'est également parce qu'en interne, tous les joueurs ont été de nouveau placés sur un pied d'égalité.

Fini les privilèges et les embrouilles qui pouvaient en découler. Chaque joueur qui est appelé à porter le maillot de l'équipe de France se doit de respecter les même règles. Fixées dès le début du règne de Laurent Blanc, celles-ci vont à la fois dans le sens d'un rapprochement du public, avec par exemple l'interdiction du port des casques musicaux, et d'une égalité parfaite entre tous les joueurs.

Le meilleur cas de cette nouvelle gestion de groupe reste la sanction pour les retardataires aux rassemblements de Clairefontaine. Avant le match contre la Roumanie, Lassana Diarra et Karim Benzema sont arrivés avec quelques heures de retard sur leurs coéquipiers. Ils ont été "condamnés" à une amende et surtout à chanter une chanson devant tous leurs coéquipiers pour s'excuser. Plus question non plus de sécher un point presse ou de refuser de signer un autographe, quelque soit le statut que l'on possède. Des règles faites pour souder un vrai groupe en somme...