Arsène Wenger

A défaite historique, colère équivalente. Au lendemain de la défaite de ses joueurs face au Milan AC en Ligue des Champions, Arsène Wenger a piqué la colère de sa vie devant un effectif médusé.

Quelques heures après la défaite historique d'Arsenal face au Milan AC en Ligue des Champions, Arsène Wenger aurait piqué la colère de sa vie devant ses joueurs abasourdis lors du décrassage à Colney, le centre d'entraînement des Gunners. Alors que l'effectif se préparait à un débrief tout ce qu'il y a de plus normal, le technicien alsacien a violemment fermé la porte du vestiaire selon le Guardian, avant de déverser sa colère sur ses joueurs. Plusieurs de ces derniers ont d'ailleurs déclaré après l'entraînement ne jamais l'avoir vu dans une telle fureur.

Le calme avant la tempête 

Pourtant, des dires des acteurs du huitième de finale de Ligue des Champions, le discours d'après match avait été plutôt calme de la part du manager français, plus connu pour son flegme que pour ses coups de sang. Mais après un retour à Londres et une nuit de sommeil, la colère de Wenger n'était toujours pas retombée et son sentiment d'avoir été trahi par ses joueurs ne s'était pas affaibli. De "papa poule", Wenger s'est alors transformé en père fouettard.

Des signes avant-coureurs avaient cependant pu être observés lors de la conférence de presse d'après match. D'ordinaire toujours prompt à trouver des excuses à ses joueurs lors de mauvais résultats, le manager des Gunners n'a cette fois-ci pas été tendre avec eux: "C'est un désastre. Nous avons été punis et nous le méritons. Nous ne sommes jamais rentrés dans le match, nous avons été pauvres aussi bien défensivement qu'offensivement. C'est affligeant de voir à quel point nous avons été battus dans tous les compartiments du jeu"

Priorité au championnat 

Virtuellement éliminés de la Ligue des champions après cette cuisante défaite, les Gunners doivent désormais ce concentrer sur le championnat pour espérer finir dans les quatre premières places, et ainsi gouter une nouvelle fois à la C1 la saison prochaine. Pour l'instant, leur classement leur est favorable, mais la saison est encore longue.

Avant de replonger dans le train-train quotidien de la Premier League, les joueurs de Wenger devront se défaire de Sunderland en huitième de finale de FA Cup et ainsi tenter de décrocher un trophée cette saison. Un adversaire qu'ils avaient déjà rencontré une semaine auparavant et dont ils avaient eu bien du mal à se débarrasser. Il avait fallu un but de Thierry Henry en toute fin de match pour offrir la victoire aux Gunners. Mais cette fois-ci il faudra faire sans, le meilleur buteur du club ayant rallié New York et les Red Bulls.  

A lire aussi: 

Arsenal: Wenger, "C'est notre pire performance européenne"

Arsenal: La parenthèse enchantée de Thierry Henry