Tennis: Comment fonctionne le classement ATP ?

Au tennis, le classement ATP permet d'établir une hiérarchie entre les joueurs masculins. Mais comment ça marche exactement ?

Dans la plupart des sports individuels, il existe un classement des joueurs. Les tennismen n'y font pas exception. On parle de classement ATP pour les messieurs, et de classement WTA pour les femmes.

Le classement ATP, c'est quoi ?

Le classement ATP, calculé et publié toutes les semaines, permet de hiérarchiser les joueurs de tennis, du plus fort au moins fort. Pour ce faire, l'Association du Tennis Pro évalue les performances des tennismen, en se basant sur des barèmes bien définis. Seuls les résultats des 52 dernières semaines sont pris en compte, en comptant les points engrangés lors des 4 tournois du Grand Chelem, des 9 Masters 1000, et les 5 meilleurs résultats dans l'ensemble des autres compétitions (ATP 500, ATP 250, etc.). 18 tournois sont donc pris en compte pour établir ce fameux classement, auquel vient s'ajouter le Masters de fin d'année (également appelé ATP World Tours Finals) pour les huit participants.

Comment gagner des points?

En fonction de leur prestation dans un tournoi, les joueurs sont amenés à gagner différents points. Sur un tournoi du Grand Chelem, le gagnant remporte 2000 points, le finaliste 1200, les demi-finalistes 720, et ainsi va decrescendo. Le Masters de fin d'année permet d'obtenir 1500 points, les autres Masters 1000, les Jeux Olympiques 600, la Coupe Davis 625, les ATP 500 500 points, les ATP 250, 250, les tournois Challengers entre 75 et 125, et les Futures entre 17 et 33. Mais là où ça se complique, c'est au niveau du calcul.

Le calcul des points

Comme expliqué précédemment, l'ATP ne prend en compte que les résultats des 18 tournois sur les 52 dernières semaines. De ce fait, les points ne sont pas additionnés, mais comparés : il n'y a pas de perte de points, mais juste une comparaison des totaux. On parle donc de "points à défendre". Tous les points acquis dans un tournoi sont conservés jusqu'à l'année suivante. Pour ne pas dégringoler au classement, un joueur devra donc faire aussi bien que l'année précédente dans une compétition donnée. Pour grappiller quelques places, il faudra faire mieux (ou éventuellement attendre que ses adversaires fassent moins bien). Logiquement, si un joueur déclare forfait dans un tournoi, il perdra tous les points gagnés l'année précédente dans cette même compétition.

Exemple d'un cas fictif

Prenons l'exemple d'un cas fictif pour bien comprendre cette notion. Admettons que le joueur X ait remporté Roland Garros en 2011. Il totalise donc 2000 points. L'année suivante, sa route s'arrête brusquement en demi-finale. Une place en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem offre 1200 points. On lui retire donc la différence de points entre ses prestations en 2011 et en 2012. Ainsi comme Monsieur X en avait obtenu 2000 la saison passée, et qu'il n'est parvenu qu'à en engranger 1200 cette année, il va en fait en perdre 2000-1200, soit 800. Au classement ATP, il va donc être lésé de 800 points, et n'en totalisera plus que 1200. Ce fonctionnement s'applique à tous les tournois.

Mais à quoi ça sert finalement ?

Le classement ATP permet donc d'avoir un ordre d'idée de la régularité d'un joueur d'une année à l'autre. Il est surtout utile pour les organisateurs de tournois, qui s'en servent pour établir les tableaux et nommer les têtes de série. Il permet également de désigner le numéro un mondial.