Lionel Messi

D'après les informations de Marca, le club catalan souhaiterait augmenter le salaire de sa star Lionel Messi, en prévision de la hausse de l'impôt sur le revenu espagnol. Le FC Barcelone souhaiterait ainsi éviter de subir le même psychodrame que son rival madrilène. 

En Catalogne, et plus précisément du côté du Camp Nou, il semble que l'heure soit à l'anticipation. En tête du championnat après 3 journées, ce qui n'a pas grand chose de surprenant convenons-en, les dirigeants blaugrana prennent soin de l'avenir, preuve à l'appui. Quelques semaines après la rumeur du contrat à vie pour Lionel Messi qui circulait dans les couloirs barcelonais, il se murmure, rapporte Marca, que les décideurs catalans voudraient augmenter le salaire de Leo Messi.

Hausse des impôts, hausse des salaires

A partir d'une telle information, on est tenté de se demander deux choses. Pour quoi faire ? Pour quelles raisons ? Après tout, Messi perçoit déjà de la part du Barça 10,5 millions d'euros annuels (sans compter les bonus en tout genre selon que le club gagne des compétitions ou non), sans compter les 20 et quelques millions d'euros de contrats publicitaires en plus qui en font le footballeur le mieux rémunéré au monde. La raison est simple. Période de crise oblige, le gouvernement de Mariano Rajoy s'apprête à augmenter sensiblement le taux d'imposition sur le revenu. Dans le cas de Messi, cela ferait passer la ponction en question de 49 à 56%. Rappelons que le joueur n'est pas bénéficiaire des avantages de la loi Beckham (qui limite l'imposition à 23%), attendu qu'il vit en Espagne depuis l'âge de 13 ans. Aussi, le Barça souhaiterait compenser le manque à gagner de sa Pulga en lui fournissant un nouveau contrat, qui le lierait aux Culés, toujours d'après Marca, "jusqu'à ses 32 ou 33 ans."

En procédant de la sorte, le FC Barcelone souhaiterait-il, s'éviter un psychodrame comme celui vécu par le Real Madrid depuis dimanche soir et le spleen surexposé de sa superstar Cristiano Ronaldo ? Sans qu'on sache encore si les "raisons professionnelles" invoquées par le Ballon d'or 2008 pour expliquer sa tristesse avaient trait à sa rémunération, le Barça pourrait bien avoir été échaudé par les spéculations formulées par la presse autour de cette polémique. En anticipant la hausse des impôts, le vice-champion d'Espagne se préserverait d'éventuels caprices de son meilleur joueur, lequel n'aurait semble-t-il rien demandé (les informations de Marca ne vont en tout cas pas dans ce sens).

L'un est tendu, l'autre apaisé

Ces garanties supplémentaires offertes par le Barça à la Pulga apportent un éclairage nouveau sur le mal-être que peut ressentir Ronaldo au Real. L'amertume du Portugais pourrait à nouveau croître s'il s'apercevait que la réévaluation du salaire et la confiance affichée à Messi ne faisait pas d'émules chez les dirigeants des Merengue. On n'ose le dire de crainte des représailles, mais se pourrait-il que CR7 trouverait davantage son bonheur en Catalogne qu'en Castille-et-Léon ? On plaisante, on plaisante ! En tout cas, le début de saison espagnol laisse penser que les esprits sont plus échauffés à la Cantera qu'à la Masia. Les cinq points de retard en championnat, les tensions réapparues après la défaite de Getafe entre José Mourinho et Iker Casillas, tout comme le refus du Special/Only One de répondre aux questions du journal AS sur la polémique Cristiano Ronaldo, ainsi que la colère de Florentino Pérez à l'encontre de ce dernier, auraient suffi à faire oublier l'excellent match et la victoire des Merengue en Supercoupe d'Espagne.

De quoi amener le Barça à se blinder, quitte à y mettre quelques millions supplémentaires de sa poche. Preuve, en tout cas, qu'au Real comme chez son dauphin, on n'est guère affecté par la crise comme le reste du pays et que le sens des réalités se limite à la recherche de la plus grande efficacité sur un terrain, et pas ailleurs. Si Messi venait à être augmenté, il représenterait un cas assez rare de joueur qui parvient à augmenter son salaire malgré la hausse des impôts. Bluffant !