Le FC Barcelone chute contre le Celtic

Le FC Barcelone a montré ses limites lors de cette quatrième journée de Ligue des Champions, contre le Celtic Glasgow. Le club écossais a mis fin à une série de 2212 jours sans défaite de l'équipe catalane à l'extérieur en LDC.

En championnat, le FC Barcelone domine les débats. 9 victoires et un match nul en 10 matches, le club de Tito Vilanova ne semble pas avoir été affecté par le départ de Guardiola. Seulement voilà, lors de cette quatrième journée de Ligue des Champions, le Celtic Glasgow a mis fin à cette série. Si de nombreuses absences peuvent atténuer l'ampleur de cette première déroute, il n'en reste que les équipes adverses commencent à s'apercevoir de ce qui peut faire mal aux Catalans. Et ça, la presse catalane l'a aussi remarqué.

Manque d'efficacité

En conférence de presse, même les joueurs catalans se sont rendus compte de l'une de leur faiblesse en ce début de saison, le manque d'efficacité devant le but mais aussi et surtout une domination stérile qui commence à être l'une de leurs caractéristiques. Cesc Fabregas le déclare d'ailleurs en conférence de presse d'après match : "Il n'y pas d'excuses possibles, on a eu beaucoup de maîtrise, mais il nous a manqué de la profondeur. Nous n'avons pas eu beaucoup d'occasions franches", lâche-t-il dans le Mundo Deportivo.

Côté réalisme, c'est une toute autre affaire pour le Celtic. Clairement dominé, avec une possession de balle de seulement 18%, les Ecossais ont tout donné sur les coups de pied arrêtés, ce qui commence même à faire douter certains journalistes, qui se demandent s'il ne faudrait pas changer de système de jeu. Une question à laquelle Cesc a répondu un brin mystérieux. "C'est une décision qui doit être prise par l'entraîneur. Il sait ce qui est le mieux pour l'équipe. Aujourd'hui on a joué avec Alexis en pointe. Après on verra."  

La taille, le courage, le physique

Contre le Celtic, les Catalans ont également beaucoup peiné dans les airs. Une faiblesse qui s'est largement amplifiée depuis les absences à répétition de Puyol, Abidal, Busquets et Piqué. Et devant, les joueurs catalans se sont fait bousculer et se sont heurtés à une véritable "muraille" dirigée d'une main de maître par le "géant" Forster comme le met en Une le Mundo Deportivo. Tout ce mélange a donc contribué à faire chuter le FC Barcelone et à infliger à Tito Vilanova sa première déroute en Ligue des Champions, 2212 joueurs après la dernière défaite à l'extérieur du FC Barcelone dans cette compétition.

Avec désormais toutes les cartes en main et l'exemple écossais, Benfica et Spartak Moscou peuvent maintenant se prendre à rêver. Encore faudrait-il que les absents catalans continuent d'être abonnés à l'infirmerie...