Rosell affirme que son club ne fait pas de politique

Sandro Rosell, le président du FC Barcelone, affirme que l'immense mosaïque aux couleurs du FCB déployée lors du Clasico contre le Real Madrid n'avait aucune visée politique.

Lors du dernier clasico Barça - Real (2-2) au Camp Nou, une immense mosaïque aux couleurs de la catalogne avait été déployée. S'en était suivi une polémique sur fond de politique nationale. Le président du FC Barcelone, Sandro Rosell, a affirmé dimanche dans une interview donnée au quotidien El Periodico que cela n'avait absolument rien à voir avec cela.

Selon le président blaugrana, qui veut faire taire les mauvaises langues, "le Barça ne fait pas de politique. Le Barça réaffirme les valeurs du club (...) Nous ne prenons pas parti (...) Faire de la politique, cela aurait été par exemple de faire une mosaïque aux couleurs de l'estelada" (le drapeau en faveur de l'indépendance de la Catalogne, ndlr).

"On utilisera pas le Barça pour faire de la politique" 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Car si ce tifo peut être justifié par le fort sentiment d'appartenance à la région des supporteurs barcelonais, il en demeure plus difficile pour le président du FCB de s'associer à des chants plaidant pour l'indépendance catalane. En effet, plusieurs fois pendant le match la foule a entonné des paroles à la gloire de l'autonomie de leur région de coeur. Rosell dément une nouvelle fois tout appareillage politique autour de son club: "Tant que nous dirigerons le club, on utilisera pas le Barça pour faire de la politique. Mais en même temps, le Barça sera toujours aux côtés du peuple catalan. Si le peuple catalan vote pour l'indépendance nous serons avec lui et s'il décide que non, pareil."

Après l'engagement en politique de l'ancien président du FC Barcelone, Joan Laporta, aux opinions indépendantistes, le rôle social et politique de l'immense FCB n'a pas fini de faire jaser.