Les Barcelonais ont passé une très bonne soirée

Mardi soir, le FC Barcelone a écrasé le Milan AC (4-0) pour se qualifier en quart de finale de Ligue des champions. Interrogés après le match, Blaugranas et Rossoneri sont sur la même longueur d'onde : le Barça était tout simplement trop fort.

"On a l'impression qu'ils jouaient à 22." Les mots du jeune Français M'Baye Niang résument bien la classe d'écart qu'il y avait mardi soir entre le FC Barcelone et le Milan AC. Titularisé à la pointe de l'attaque milanaise, l'ancien Caennais n'a touché que très peu de ballons. "Le Barça avait la balle la majeure partie du temps, on courait n'importe où au début, racontait Niang après le match, au micro de beIN Sport. On savait que les Barcelonais avaient à cœur de gagner devant leur public. Ils ont mis une pression énorme pour qu'on reste dans notre moitié de terrain. C'était plus dur qu'à l'aller. Nous, on n'était pas dans un grand jour. Ça va vite en face, c'était la première fois que je jouais contre eux en tant que titulaire. Ils m'ont vraiment impressionné."

"Si Niang convertit cette occasion..."

L'entraîneur milanais Massimiliano Allegri reconnait lui aussi sans peine la supériorité de l'adversaire. "Je crois que nous avons fait un match avec nos moyens, juge-t-il dans des propos rapportés par L’Équipe. Évidemment, cette élimination nous laisse un goût amer, mais je n'ai pas de reproches à faire à mon équipe ce soir. La pression que nous a fait subir le Barça lors de la première demi-heure a été dévastatrice. Ensuite, nous nous sommes créés les occasions pour pouvoir nous qualifier. La seule chose, c'est que nous avons malheureusement manqué d'efficacité dans la finition. Si Niang convertit son occasion, le match peut prendre un autre tour, mais il n'y a pas de reproche à lui faire, car cette occasion, il se la procure."

Le trio magique du Barça : Messi, Iniesta et Xavi

Au sujet de cette occasion, sorte de tournant du match, le Français pense avoir fait le bon choix, et regrette juste son manque de réussite : "Je n'ai pas cogité, j'ai vu que j'étais seul, j'ai bien attendu, je prends Valdès à contre-pied mais je croise trop ma frappe, la balle prend le poteau, ce sont des choses qui arrivent. J'espère que ça rentrera la prochaine fois." "Il est vrai que jouer avec un avant-centre expérimenté comme l'est Pazzini (blessé, ndlr) nous a manqué, mais c'est ainsi, note tout de même Allegri. Quant au Barça, il reste ce qu'il est: la meilleure équipe du monde. Il peut bien sûr perdre quelques matches, comme il l'a fait à l'aller où nous avions très bien joué. Mais il reste la meilleure équipe du monde, avec trois joueurs qui vous facilitent forcément la tâche: Messi, Iniesta et Xavi."

Car le Barça et ses génies ont d'emblée annoncé la couleur du soir, résolument blaugrana. "On était en feu au début du match, comme vous avez pu le voir", explique David Villa, cité par L’Équipe. Un début de partie marqué de l'empreinte de Lionel Messi, auteur d'un but somptueux dès la cinquième minute de jeu. Une ouverture du score décisive dans cette remontada historique. "On a eu la chance de marquer tôt", confirme Gerard Piqué. "Ce but précoce nous a beaucoup aidé, on le cherchait dès la première minute", renchérit David Villa, auteur du troisième but en seconde période.

La victoire tactique de Roura

Le premier exploit de Messi a aussi validé la stratégie mise en place par Jordi Roura. "Les joueurs ont été grandioses ce soir, s'est d'abord réjoui, dans des propos repris par L’Équipe. l'adjoint d'un Tito Vilanova sur le retour, avant de dévoiler quelle avait été son approche tactique du match. Nous avions un plan très clair sur comment affronter ce Milan: écarter sur les ailes, recentrer notre avant-centre, Villa, pour permettre à notre faux neuf, Messi, d'être plus libre, et enfin jouer avec un pressing très élevé. Et ce plan nous a réussi à merveille. C'est aussi ces intentions qui expliquent les titularisations de Villa et de Mascherano. Avec Villa, nous voulions fixer leurs défenseurs centraux, et avec Mascherano, qui a un très bon jeu long, nous souhaitions écarter le jeu. Je salue vraiment la réaction de nos joueurs. Après avoir reçu ces derniers jours des critiques compréhensibles mais un peu dures, ils ont à nouveau montré à quel point ils sont spéciaux. Quant à Messi, si quelqu'un avait encore un doute sur son état de forme, je pense qu'il ne l'a plus ce soir. Je pense que notre qualification est vraiment plus à attribuer aux mérites du Barça qu'à des lacunes de Milan."

"Dans des moments comme ça, on oublie tous les problèmes du passé"

Un succès qui fait beaucoup de bien au moral des Blaugranas, perturbés par les deux défaites face au Real qui avaient fait suite à la claque reçue à Milan au match aller. "On a eu des moments compliqués ces derniers temps mais on a toujours cru en nous, assure Jordi Alba, qui a parachevé en fin de match le succès des siens avec le quatrième but. On a revu le vrai Barça. On est très fiers de cette belle victoire et de cette qualification." "On est ravis pour les supporters, indique Villa. Dans des moments comme ça, on oublie tous les problèmes du passé." Et on se tourne forcément vers le futur, et le quart de finale que le Barça s'est offert le droit de disputer, avec appétit. "Peu importe l'adversaire, considère Jordi Alba, cité par L’Équipe. Nous devons apprendre de ce huitième de finale et jouer comme nous l'avons fait ce soir." Clairement, cette soirée magique pourrait suffire à complètement relancer le Barça...