Football Manager 2013 et son recruteur français

En marge de la sortie de Football Manager 2013, l'équipe de Chronofoot a rencontré Jérôme Boudin, scout France pour le jeu.

Il a sans doute l'un des métiers les plus enviés au monde, celui de scout pour Football Manager. Jérôme Boudin, "chasseur de tête" pour la France, est responsable d'une base de donnée comportant 940 clubs français, de la Ligue 1 à la DH, métropole et Drom-Com compris. Intéressé par ce travaille de fourmi, l'équipe de Chronofoot l'a rencontré en marge de la sortie du jeu de simulation le plus populaire, Football Manager 2013, qui sortira le 2 novembre prochain. Ce scout nous a révélé les coulisses du succès du jeu, mais aussi ses rêves les plus fous et quelques anecdotes.

Une grosse machine... qui ne profite pas forcément à tous

L'histoire de Jérôme Boudin, c'est celle d'un passionné de FM, qui signalait régulièrement au développeur du jeu des bugs. Très vite, il devient assistant d'un scout et finit par prendre sa place lorsque celui-ci laisse son poste vacant. Mais désormais, ce fan du Stade Brestois fait cavalier seul, à la tête d'une base de donnée affolante, aux chiffres vertigineux.

Jérôme Boudin fait aussi partie de ceux qui préfèrent exercer un métier qui les passionne que de gagner beaucoup plus en travaillant au sein d'une enseigne qui ne les intéresse pas. Car si travailler pour FM est loin d'être de tout repos, il n'est pas simple de gagner sa vie en ayant qu'un poste chez Sports Interactive. "Je suis le seul à avoir un contrat avec Sports Interactive, je gère toute la mise à jour en soi, après je peux dispatcher des clubs à mes assistants pour qu’ils travaillent sur tel club précis, s’ils sont fans de cette équipe et qu’ils connaissent bien cette équipe-là."

Alors, pour avoir une certaine stabilité, le scout France est également Community Manager pour FM France, s'occupe des relations avec la communauté de fans, et organise des concours sur les réseaux sociaux. Tout ça histoire de ne pas trop être dépendant de son salaire de Sports Interactive, une somme qu'il ne reçoit qu'en fin d'année, puisqu'il ne touche d'eux aucun salaire mensuel. Pour l'épauler, cet homme qui vit maintenant à Marseille peut compter sur l'appui d'une cinquantaine d'assistants bénévoles.

Recruteur dans la vraie vie, un rêve

Alors forcément, le Français accepterait sans broncher toute offre pour devenir recruteur dans la vraie vie, alliant passion, rémunération raisonnable et stabilité financière. "C’est un de mes souhaits, de mes rêves. Peut-être pas forcément recruteur mais consultant-recruteur. Pas forcément d’aller tous les dimanches dans les stades, et faire 30.000 km par an." Et l'homme est déjà plutôt habitué aux rouages du métier. "Tous les ans je vais au mondial de Montaigu, un des tournois les plus réputés chez les jeunes en France, catégorie 16 ans. Il y a deux challenges, un par équipe et un par nation. Ça permet de repérer un peu tous les jeunes qui vont être dans le jeu pour l’édition suivante."

S'il avoue qu'il n'est pas simple parfois de rester neutre sur l'attribution de certaines notes, il essaye au maximum de rester à l'image du jeu, réaliste. Parfois, le talent de certains joueurs est sous-estimé, comme il l'affirme en citant le livre "Football Manager Stole My Life" : "Il y a une anecdote d’un chercheur italien, qui parlait d’Ibrahimovic quand il est arrivé dans le championnat italien… à l’époque il avait 130 de réputation actuelle (c’est sur 200), quand il a signé à la Juve, il a ensuite pas mal débattu pour qu’il soit augmenté parce qu’il a tout de suite été titulaire, et il a été augmenté à 165 environ."

Découvreur de talents comme Verratti, et Varane entre autres, on peut croire que son sens du recrutement agace. Mais Jérôme lui le voit plutôt d'une autre façon. "C’est assez valorisant, de voir qu’un joueur qu’on a bien noté va percer quelques années plus tard ou devenir une star." D'ailleurs, il dit n'avoir jamais été influencé par un joueur pour qu'il améliore sa note. Cela dit, le scout possède tout de même une relation assez privilégiée avec certains joueurs, dont un jeune de Montpellier "pas encore connu" avec qui il "échange des textos." Dans cette édition, Jérôme Boudin est également recruteur dans le jeu, mais plus recruteur/joueur comme dans les éditions précédents. Histoire de ne pas répéter un cas To Madeira peut-être. 

Enfin, fans de FM, à vos plumes, le recruteur a dévoilé quelques joueurs du championnat de France que vous vous devez absolument d'avoir dans l'effectif. "Varane, à l’époque je lui avais mis moins 10 en potentiel, une pépite. Maintenant il a été diminué à -9 depuis qu’il est parti au Real. Ça fait entre 170 et 200 de potentiel -10. Le potentiel c’est de 0 à 200. Pour comparer, Balotelli dans FM 2010 avait -10. Dans ce FM Benzia à Lyon a -9, Ocampos à Monaco, Wesley Saïd à Rennes aussi. Sinon il y a le joueur de City Olivier Ntcham, en équipe de France des moins de 16. 1m80, 80 kilos. Après y'a le jeune Valentin Vada, qui joue à Bordeaux mais qui ne peut pas jouer officiellement en club, il est en imbroglio juridique avec la Fifa."

Avec tout ça, les fans de Football Manager ont donc toutes les cartes en main pour devenir les meilleurs recruteurs du jeu... ou pourquoi pas dans la vraie vie.