En 2013, la Formule 1 sera diffusée sur Canal Plus et plus sur TF1

La Formule 1 ne sera plus diffusée sur TF1, mais sur Canal Plus, qui s'est offert les droits de diffusion pour les trois prochaines années. Une belle prise pour la chaîne cryptée, dans la guerre de positions qui l'oppose à beIN Sport, mais une mauvaise nouvelle pour l'exposition du sport auprès du grand public.

À partir de 2013, vous ne pourrez plus voir de la Formule 1 gratuitement à la télévision française, pour la première fois depuis des lustres. Canal Plus a en effet remporté l'appel d'offres lancé en septembre dernier par la FOM (Formula One Management) mettant en jeu les droits de diffusion de la F1 pour les trois prochaines années. La plus prestigieuse des compétitions de sport automobile quitte donc TF1, où elle était diffusée depuis 1992.

Un magazine en clair, la course et les essais en crypté

L'exclusivité des images de la F1 coûtera à Canal Plus 29 millions d'euros par an jusqu'en 2015, une somme inférieure à celle qu'a payé TF1 en 2012 (environ 31 millions d'euros). "Tous les Grands Prix seront en direct et en crypté sur Canal Plus, précise Cyril Linette, directeur des sports de la chaîne, dans L'Equipe. Les essais, eux, seront sur Canal Plus ou Canal Plus Sport."

Le contrat prévoit aussi la diffusion d'un magazine en clair. Canal pourrait choisir de le diffuser sur D8, sa chaîne de la TNT, ou bien sur l'une des cases en clair de la chaîne principale, vraisemblablement le dimanche en fin d'après-midi avant le Canal Football Club.

Cyril Linette se réjouit en tout cas de cette acquisition. "La F1 est l'un des plus grands feuilletons au mondeDiffuser les Grands Prix est en ligne avec notre stratégie qui est d'offrir le meilleur du sport à nos abonnés."

Guerre des médias et vases communicants

L'arrivée de la F1 sur Canal Plus correspond surtout à une seconde victoire en un mois dans la guerre des droits télé qui l'oppose à beIN Sport, la chaîne créé de toutes pièces par des investisseurs qatariens. Fin janvier, Canal avait réussi à conserver les droits de la Premier League, l'attractif championnat anglais de football, que convoitaient beIN Sport. Cette fois encore, la chaîne dirigée par Bertrand Méheut remporte un appel d'offre sur lequel son concurrent s'était positionné.

"C'est un signal fort face à beIN Sport qui a montré ses intentions assez impérialistes à notre égard, se réjouit Cyril Linette dans les colonnes du FigaroIls ont joué carte sur table et montré leur agressivité. Cette agressivité est préoccupante parce qu'on a clairement l'impression de jouer un match face à un État. Canal Plus est déterminé à faire face."

Une combativité qui répond aussi à une situation d'urgence pour la chaîne cryptée. Depuis son arrivée sur le marché, beIN Sport est devenu le diffuseur principal de la Ligue 1 et de la Ligue des Champions, les deux "produits" phares de Canal Plus en matière de sport, et a aussi soufflé à son rival l'exclusivité des droits sur d'autres compétitions très populaires (la NBA et la Liga notamment). Selon le principe des vases communicants, la chaîne cryptée est donc allée chercher ailleurs de quoi proposer une offre de sport conséquente. Et comme cela s'était produit l'été dernier avec la Ligue des Champions, Canal a récupéré une offre sportive de TF1.

La fin du sport pour tous à la télévision ? 

Il faut dire, aussi, que la première chaîne n'a pas insisté pour conserver un sport qui ne rentrait plus dans sa logique de rentabilité. "La saison de Formule 1 ne cessait de perdre de l'audience ces dernières années, explique la chaîne dans un communiqué repris par Le PointDe l'ordre de 400.000 téléspectateurs depuis 2009 pour une moyenne de 2,8 millions de fidèles en 2012. Le Grand Prix lui-même, quand il est diffusé à 14 heures, a perdu 5 points de part d'audiences depuis 2009. Dans ces conditions, il n'était plus question de payer à ce prix cette compétition."

Du point de vue de TF1, il est donc beaucoup plus intéressant de diffuser, sur le créneau horaire du dimanche après-midi, des séries américaines, beaucoup plus fédératrices en termes d'audience. Tant pis pour les fans de Formule 1, qui vivent la nouvelle comme un scandale. Sur internet, ces passionnés commencent déjà à s'organiser pour trouver des combines pouvant leur permettre de suivre leur sport favori sans pour autant payer un abonnement à Canal Plus.

Pour le grand public en revanche, la Formule 1 va quasiment disparaître du paysage. Dommage, alors que ce sport a toujours été populaire en France et qu'on assiste depuis l'an passé à l'éclosion d'une nouvelle génération de pilotes tricolores. De plus en plus, il semble que le sport à la télévision gratuite va se limiter aux "évènements sportifs d’importance majeure" (Roland-Garros, Tour de France, Jeux Olympiques, finale de la Ligue des Champions), dont le CSA impose une diffusion en clair. Qu'on ne s'étonne plus, dans de telles conditions, du succès du streaming...