Clash Ribéry - Houllier : Ce qui se serait vraiment passé

Après la victoire écrasante de l'équipe de France sur l'Australie (6-0), une altercation entre Franck Ribéry et Gérard Houllier a eu lieu dans les vestiaire des Bleus. Un incident que le Parisien éclairci dans son édition de mercredi.

A quelques semaines de disputer deux matchs de barrages décisifs face à l'Ukraine pour la qualification à la Coupe du Monde, l'équipe de France se seraient bien passés de cela. Après l'affaire Evra et son interview dans Telefoot qui n'a pas manqué de faire réagir dans les médias, c'est au tour de Franck Ribéry d'être au coeur de la polémique.

"Heureusement que je vous respecte, sinon je vous aurais mis une claque!" 

Révélée par France Football, l'altercation entre le joueur du Bayern Munich et Gérard Houllier au Parc des Princes après France Australie (6-0) est un peu plus clarifiée par Le Parisien dans son édition de mercredi. Le quotidien régional raconte que l'incident s'est déroulée dans les vestiaires, alors que l'ex-entraîneur l'OL était venu saluer ses anciens joueurs Eric Abidal et Karim Benzema.

L'occasion pour Ribéry d'interpeller l'ancien sélectionneur des Bleus : "Ce n’est pas bien ce que vous avez dit sur moi. Heureusement que je vous respecte, sinon je vous aurais mis une claque!", a-t-il lancé à Gérard Houllier, probablement en réponse à sa déclaration quelques jours plus tôt dans France Football, où il expliquait que Franck Ribéry n'était pas un joueur de classe mondiale, chose que ce dernier, en quête du Ballon d'Or, aurait mal pris.

La réponse de Gérard Houllier 

Furieux de l'invective du Munichois, l'ancien DTN a immédiatement répondu, avant que le ton ne monte et n'oblige un membre du staff de l'équipe de France à intervenir, bien que Ribéry n'aurait jamais eu l'intention d'en venir aux mains avec lui.

Devant le buzz et le début de polémique créé par l'incident, Gérard Houllier a décidé de réagir dans les colonnes du Parisien. Contacté par le quotidien francilien, l'ancien coach de Liverpool, sans doute agacé par cette histoire, a décidé de calmer le jeu pour ne pas trop perturber la préparations des barrages face à l'Ukraine, qui se disputeront les 15 et 19 novembre prochain : "La seule chose qui m’importe, c’est l’équipe de France et ses deux matchs de barrage contre l’Ukraine. Elle a besoin de sérénité et de calme pour bien les préparer. C’est la priorité absolue."