Sergio Garcia et Jose Maria Olazabal peuvent jouer ensemble durant un Greensome

La rédaction de Gentside Sport vous propose aujourd'hui de revenir sur le vocabulaire parfois complexe du Golf. Greensome, Foursome, Stroke-Play, Stableford ? Si ces noms ne vous disent rien, lisez la suite. 

Dans la foule de règles que contiennent les lois du Golf, il existe plusieurs façons de pratiquer ce sport né a Saint Andrews, dans le Nord de l'Ecosse. Du nombre de participants au décompte des points, Gentside Sport s'est penché sur plusieurs façons de jouer au golf. 

Foursome : Régulé par la règle 29 des lois du Golf, le Foursome est une pratique dans laquelle se rencontrent deux équipes de quatre joueurs. Dans ce format, chaque golfeur d'une équipe joue à tour de rôle la même balle appartenant à son équipe. Egalement jouable en équipe de 3 joueurs (threesome), chaque golfeur doit jouer alternativement la balle dans les aires de départ et dans les aires du jeu.

Greensome : Dans ce format de jeu, deux équipes de deux joueurs s'affrontent. A la différence du Foursome où une seule balle est utilisé par équipe, les quatre joueurs jouent leur drive (le premier coup) sur chaque départ de trou. Le meilleur drive de chaque équipe est conservé puis les joueurs se remettent à jouer à tour de rôle sur la meilleure balle.  

Stableford : Le stableford est une méthode de décompte des points qui exclut les pénalités au delà du par. Ces derniers sont rehaussés en fonction de l'index du parcours, c'est à dire du nombre inscrit sur la carte des scores qui indique l'ordre des trous sur lesquels un joueur à handicap bénéficie de coup(s) reçu(s). Inventée par le docteur Frank Stableford en 1898, cette méthode de décompte est utilisée pour la première fois en compétition en 1932, sur le green de Wallasey, dans le Nord Ouest de l'Angleterre. 

Dans ce format de compétition, 5 points sont donnés si le joueur fait 3 coups en dessous du Par (albatros), quatre points pour deux coups en dessous du Par (eagle), trois points pour un birdie (un coup en dessous du Par), deux points si le joueur atteint le Par, un point en cas de bogey (un coup au dessus du Par) et 0 point pour deux coups ou plus au dessus du Par. A noter qu'aucun point négatif n'est attribué contrairement au format classique. Et dès qu'un joueur ne peut plus marquer de points, il peut ramasser sa balle et passer au trou suivant. Ce système de points a pour but de moins pénaliser les joueurs "faibles."Car il est possible, en fonction de son index, qu'un joueur se voit rendre des coups.

Stroke-Play : Dans ce format de jeu, le parcours s'accomplit en prenant en compte tous les coups joués mais aussi tous les points de pénalité sur 18 trous. Le but est de réaliser le plus petit nombre de coups sur l'ensemble du parcours. C'est la formule classique du jeu, couramment utilisée par les professionnels lors des compétitions. Seule la Ryder Cup n'utilise pas ce schéma de jeu, privilégiant le match-play, c'est à dire un décompte au trou (le joueur ayant réalisé un trou avec le moins de coup remporte un point) et non aux coups sur l'ensemble du parcours. En cas d'égalité en mode stroke-play, "une ronde éliminatoire" est organisée. En cas de nouvelle égalité, une "mort subite" est mise en place pour déclarer le vainqueur du tournoi. Cette dernière diffère selon les tournois et peut-être disputée sur un trou seulement ou sur le parcours entier. Par exemple, l'US Open privilégie la deuxième solution alors que le British Open se contente de quatre trous à disputer.