Jules Bianchi est le petit nouveau dans le clan des Français pour la saison de F1 2013

Pour la première fois depuis 1994, ils seront 4 pilotes Français à prendre le départ du Grand Prix d'Australie 2013. Présentation.

Il faut remonter à la saison 1994 pour trouver trace d'autant de pilotes tricolores sur la grille de départ du premier Grand Prix de la saison. Les quatre mousquetaires, les quatre fantastiques ou encore les quatre garçons dans le vent... Appelez-les comme vous le souhaitez mais Romain Grosjean, Jean-Éric Vergne, Charles Pic et Jules Bianchi auront l'honneur de défendre les couleurs de la France durant le 64e championnat du monde de Formule 1. Une lourde responsabilité. La dernière victoire d'un Bleu remontant à 1996 avec Olivier Panis dans les rues de Monaco. Et le dernier titre de champion du monde ? 1 an plus tôt pour la quatrième et ultime couronne du "professeur" Alain Prost. Présentation.

Romain Grosjean (26 ans, Lotus) : La meilleure chance de victoire

Dans le baquet d'une Lotus très véloce en 2012, Romain Grosjean a soufflé le chaud et le froid. Alterné entre show et effroi. Sa pointe de vitesse fit merveille en qualifications où il fut régulièrement devant son coéquipier Kimi Raikkonen (excusez du peu !). S'il est monté à trois reprises sur le podium l'an dernier, le microcosme de la F1 a surtout en mémoire ses accrochages répétés avec les autres pilotes et surtout, cet abominable carambolage au départ du GP de Belgique dont il fut jugé pour principal responsable, au point d'être suspendu pour le GP suivant en Italie. Grosjean n'a d'autre choix que de se montrer régulier chaque dimanche dorénavant. Car son patron chez Lotus Eric Boullier a d'ores et déjà prévenu : "Romain joue désormais sa crédibilité et sa carrière en F1. Il a la chance d'être au bon endroit mais il se retrouve à la croisée des chemins. S'il se débrouille bien, il sera un héros. Dans le cas contraire..."

Les plus : Sa vitesse de pointe, le soutien de son manager Eric Boullier

Les moins : Sa gestion du stress, Kimi Raikkonen qui a retrouvé son meilleur niveau

Jean-Éric Vergne (22 ans, Toro Rosso) : Un cap à passer 

Auteur d'une première saison convaincante en F1, JEV a montré d'étonnantes capacités à se montrer performant en course au volant de sa Toro Rosso. Mais le Francilien doit rectifier le tir en qualifs' où son coéquipier Daniel Ricciardo a régulièrement eu le dernier mot à matériel égal. Mais à sa décharge, l'Australien comptait 11 Grands Prix de plus au compteur quand Vergne débutait. En cas de belle seconde saison chez Toro Rosso, le Français pourrait légitimement lorgner sur le second baquet de la grande sœur Red Bull, si Webber n'était pas confirmé pour 2014.

Les plus : Sa rage de vaincre, sa gestion de la course, une première saison en F1 réussie

Les moins : Quel sera le niveau de sa Toro Rosso cette année ?

Charles Pic (23 ans, Caterham) : Le transfuge 

Sans ligne à son palmarès dans les catégories inférieures, Pic partait de loin à son arrivée en F1. Mais après un apprentissage éclair chez Marussia, il a rapidement pris la mesure de son expérimenté coéquipier Allemand Timo Glock. Sa pointe de vitesse n'est pas passée inaperçue auprès des observateurs. Soutenu par de grands groupes français comme Total ou Renault, le natif de Montélimar a de beaux jours devant lui s'il parvient à confirmer ses belles dispositions chez Caterham, écurie qu'il a rejoint durant l'hiver. Mais les tests d'avant saison semblent indiquer qu'il devra se battre en fond de grille dans un premier temps...

Les plus : Sa marge de progression, sa saison 2012 très solide

Les moins : Un "rookie" pour coéquipier (Van der Garde) qu'il devra absolument dominer, la CT 03 qui semble mal-née.

Jules Bianchi (23 ans, Marussia) : le jeune premier

Deux années en tant que réserviste chez Ferrari (2011), puis Force India (2012) ont fini de le façonner pour le grand bain de la F1. Dimanche, Jules Bianchi prendra son premier départ. Mais il s'en est fallu de peu pour qu'il reste sur le carreau. Car pressenti au volant de la deuxième Force India, il lui fut finalement préféré le revenant Allemand Adian Sutil pour des raisons stratégiques liant l'écurie indienne à son motoriste Mercedes. Heureusement, le petit-fils de Mauro Bianchi a atterri chez Marussia dans l'ultime baquet disponible. À lui de jouer...

Les plus : Son expérience de pilote essayeur, le peu de pression chez la petite écurie Marussia.

Les moins : Son palmarès vierge, le faible niveau de son écurie.