Olivier Pantaloni

Chaque lundi, Chronofoot élit l'homme de la semaine écoulée. Cette fois c'est Olivier Pantaloni, l'entraîneur d'Ajaccio, qui a retenu notre attention. 

Ajaccio relève la tête et profite de sa victoire du week-end sur Valenciennes (2-1) pour sortir de la zone rouge de Ligue 1. Qui aurait pu croire à un tel scénario il y a quelques semaines ? Aussi incroyable qu'improbable, cet exploit, les Ajacciens le doivent en grande partie à leur entraîneur. Auteur d'un management plein de sang-froid, Olivier Pantaloni n'a jamais haussé le ton devant ses joueurs. Même lorsque tout allait mal. Pourtant, lors de la 17e journée, l'AC Ajaccio pointait à la dernière place du classement avec un total de neuf petits points. Aujourd'hui, quatre matches plus tard, les voilà 15es avec 21 points. 

Aussi bien que le PSG et l'OM 

Même dans les moments les plus difficiles, Olivier Pantaloni n'a cessé de positiver. Patient et optimiste, il n'a jamais douté en la capacité de son équipe. "Depuis le début de la saison, on sait qu'on va vivre une année difficile. Ce qui est important pour nous, c'est de livrer un championnat face à cinq ou six équipes", avait-il déclaré un soir de défaite, une habitude à l'époque. Depuis, l'eau est passée sous les ponts et le caractère corse, orgueilleux et revanchard, est parvenu à reprendre le dessus. Et c'est peu dire ! Ajaccio a remporté ses quatre derniers matches. Seuls le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille ont également réussi à prendre 13 points lors des cinq dernières journées. 

Le technicien, natif de l'île de beauté, a jusqu'ici géré son effectif de manière très lucide, sans s'énerver. Quand son équipe s'embourbait dangereusement dans les méandres du championnat, il ne s'est jamais laissé guidé par ses impulsions. Sûrement que l'entraîneur a dû élever le ton pour réanimer un collectif tombé dans un inquiétant coma. Mais a aucun moment il n'aura soumis ses joueurs à la pression des médias. Une méthode payante, qui donnera sûrement des idées aux coaches sanguins et impulsifs.     

A lire aussi :

Ligue 1 : Ajaccio s'extirpe enfin de la zone rouge, Bordeaux patine

Ligue 1 : Quand la France d'en bas lutte pour ne pas sombrer