Boulette

Découvrez les images ridicules d'un gardien sud-africain qui tombe et fait rire tout le monde en marquant un but contre son camp après avoir dégager le ballon sur l'un de ses coéquipiers.

Si sa carrière de footballeur venait à s'arrêter, il pourrait toujours devenir humoriste. A défaut d'avoir bien joué, le gardien de cette équipe sud-africaine aura eu assez de talent pour réussir à fait rire plusieurs milliers de personnes, tout un stade même, ainsi que ses adversaires et même ses coéquipiers, qui ont pourtant encaissé un but.

Double maladresse

Dans ce match de Premier League Soccer en Afrique du sud, la tension était palpable. Visiblement très concentré sur la trajectoire de son ballon, l'un des deux gardiens présents sur la pelouse oublie de calculer la trajectoire de ses pieds. Une erreur fatale. Le gardien glisse et envoi le ballon directement dans le postérieur de son défenseur, alors en train de refaire ses lacets. Malheureusement pour les deux hommes, le gardien avait frappé tout jute assez fort pour que le ballon revienne vers le but. L'homme essaiera tant bien que mal de ramper sur le sol, sans succès. Il ne parviendra qu'a accompagner le ballon au fond de ses propres filets.

One Man Show

L'action ridicule aura au moins eu le mérite de faire rire tout un stade. Les arbitres, les supporteurs, les joueurs adverses et même les coéquipiers du gardien malheureux ne peuvent se retenir. Tout le monde éclate d'un rire parfois jaune, c'est selon le camp, mais toujours incontrôlable, tant l'action est splendide. 

En Afrique du sud, on a visiblement l'habitude de voir de tels buts. Il y a quelques semaines déjà, un gardien avait commis l'irréparable et laissant filer un ballon facile et en encaissant un but stupide. Mais celui du week-end dernier semble plus fort. Un but si stupide qu'il volerait presque le titre de boulette de l'année au gardien de Krasnodar qui est tombé au mauvais moment en Europa League, a égalité avec le raté exceptionnel du gardien d'une équipe d'universitaires américains. A chaque continent sa boulette, comme quoi, les beaux gestes comme les pires sont universels.