Après une blessure à la tête lors d'un match de football américain, les médecins ont descellé une tumeur au cerveau du jeune Carter Bowman

Découvrez l'histoire touchante du jeune adolescent Carter Bowman, dont la vie a été indirectement sauvée grâce à une blessure à la tête lors d'un match de football américain. 

Le football américain est un sport réputé pour sa violence et les risques que comportent sa pratique. Pourtant aux États-Unis, c'est bien une blessure lors d'un match de foot US qui a indirectement sauvé la vie d'un jeune garçon. Étudiant à l'université de York en Pennsylvanie, Carter Bowman a eu une chance inouïe. Cet adolescent, aujourd'hui âgé de quinze ans, a échappé au pire après que des médecins lui ont diagnostiqué un cancer du cerveau.

Une blessure au crâne lui sauve la vie

Le 11 octobre 2011 Carter dispute un match de football américain avec l'équipe de son école. Alors qu'il évolue au poste de quarterback, l'adolescent reçoit un violent coup sur la tête qui le contraint à quitter immédiatement la pelouse. Le soir même, Carter Bowman est accompagné aux urgences pour vérifier qu'il ne souffre pas d'une commotion cérébrale. Une fois les examens terminés, les médecins informent le jeune homme qu'aucune commotion n'a été découverte mais qu'ils ont remarqué une anomalie sur la partie droite de son cerveau. Le lendemain, après une séance d'IRM, le corps médical annonce au garçon qu'il va devoir subir une intervention chirurgicale.

Mais après l'opération, la mauvaise nouvelle tombe. Carter souffre d'une tumeur au cerveau. En huit semaines, le joueur amateur de football américain subit trois interventions médicales importantes. Deux ans plus tard et après un long traitement radiothérapique Carter Bowman est aujourd'hui en voie de rémission. 

Carter lance sa propore association

Sa dure expérience, le jeune garçon a voulu la rendre utile. Et pour soutenir les autres enfants victimes de maladies graves qui doivent subir de lourds traitements, Carter a lancé sa propre association, la Carter N. Bowman Foundation. À partir d'avril 2012, le jeune homme a dû, pour être soigné, se rendre tous les jours à Philadelphie pendant huit semaines. Et si l'adolescent a pu rentrer tous les soirs chez lui, il sait que que tout le monde n'a pas sa chance. 

"La meilleure chose que l'on puisse faire pour une personne, c'est d'être là quand elle en a besoin", a ainsi confié Carter qui a pu compter sur ses proches pendant cette période difficile de sa vie. Les récoltes de fonds réalisées par sa fondation ont deux buts : contribuer aux recherches pour lutter contre les tumeurs aux cerveaux et proposer des activités aux enfants malades qui n'ont, selon lui, pas l'occasion d'évacuer leur stress alors qu'ils sont souvent seuls et loin de chez eux lors de leur traitement. Une belle action pour un garçon dont le but est "d'aider les enfants à rester de simples enfants", et cela malgré leur maladie.