Mario Balotelli et l'Italie s'inclinent face à l'équipe de France en match amical

Ce mercredi, l'Italie accueillait à Parme l'équipe de France dans un match qui n'avait d'amical que le nom. Les Bleus se sont imposés 2-1 au terme d'un match solide.

Les matches amicaux entre la France et l'Italie ne le sont jamais. Avec des formations novatrices, les deux équipes ont mené une rude bataille, remportée par la bande à Didier Deschamps. Pourtant, c'est l'armada de Cesare Prandelli qui a été la première à se montrer. À la 10e minute, Mario Balotelli trouve la barre. Sur une passe en retrait de Stephan El Shaarawy, le Citizen arme une superbe frappe, qui vient s'écraser sur la transversale. La France ne tarde pas à réagir par l'intermédiaire de Mathieu Valbuena, qui ne parvient pas à trouver autre chose que les bras de Sirigu (22e).

Peu avant la mi-temps, le match s'emballe. À la 35e, pour sa troisième sélection, El Shaarawy ouvre son compteur but avec la Nazionale. Suite à un une-deux entre Balotelli et Montolivo, l'Italo-égyptien hérite du ballon, et ne tremble pas en face à face avec Lloris, qu'il trompe d'une frappe croisée. Mais la France a du cœur, et ne tarde pas à réagir. Deux minutes plus tard, à la 37e, Mathieu Valbuena remet la France sur le bon chemin. Le Marseillais récupère la balle sur le côté gauche, et élimine Verratti puis Barzagli avant de tromper Sirigu d'une magnifique frappe en lucarne

Une fin de match dantesque

Au retour des vestiaires, l'Italie n'abdique pas et n'est pas loin de reprendre l'avantage sur un tir de Candreva (54e), mais Hugo Lloris veille. À la 67e, ce sont même les Bleus qui vont reprendre l'avantage. Tout fraichement entré en jeu, Gomis trompe Sirigu. Sun un centre-tir d'Evra, après un débordement de Ménez, le Lyonnais hérite du cuir en coupant sa trajectoire. Le gardien du PSG ne peut rien faire. C'est le premier but de la Panthère depuis sa première sélection avec les Bleus, en 2008, face à l'Équateur. À la 72e, il aurait même pu s'offrir un doublé, mais sa frappe trouve les gants de Sirigu. 

La fin de match est animée, et Giovinco ne passe pas loin de l'égalisation à la 83e sur une frappe flottante. Mais Hugo Lloris répond une nouvelle fois présent, avec une superbe parade. Trois minutes après, c'est Ménez qui, sur une chevauchée côté gauche, ne passe pas loin du troisième but français. Dans les ultimes secondes, l'Italie trouve une nouvelle fois la transversale, sur une frappe de Giaccherini. Avec ce succès, la France confirme son bon match nul arraché face à l'Espagne le mois dernier, et devient un candidat de plus en plus sérieux à la qualification à la Coupe du Monde 2014.