Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont tous deux été décisifs lors de la victoire des leurs en Liga

Les Blaugrana ont du se démener (5-4) pour sortir indemne de l'enfer du Riazor face au Deportivo La Corogne. De son côté le Real Madrid n'a pas forcé son talent pour se défaire (2-0) du Celta Vigo.

Spectaculaire. Ce serait le qualificatif qui conviendrait le mieux à la rencontre qui a opposé, samedi, le Deportivo La Corogne au FC Barcelone. Si son score (4-5) en faveur des Blaugrana y est pour quelque chose, son scénario, particulièrement décousu, a grandement participé à faire vibrer les travées du Riazor. Pourtant, vingt minutes seulement après le début des hostilités entre Galiciens et Catalans, le FC Barcelone virait déjà en tête avec trois unités d'avance, Alba (3e), Tello (8e) et Messi (18e), permettant aux visiteurs de voir venir.

Le FC Barcelone n'a plus encaissé 4 buts depuis 3 saisons  

Mais si offensivement, le Barça a fait le travail, défensivement, c'est une autre histoire. On n'en prendra certes pas rigueur aux Catalans, dont l'arrière-garde s'est vue amputée de Dani Alvès, Puyol et Piqué, mais en l'absence de ses tauliers, le onze de Tito Vilanova n'aura pas fait long feu. Et à Mascherano de commettre une première erreur à la 26e minute en accrochant Riki dans la surface blaugrana, puis à Pizzi de trouver, une première fois, la faille sur le penalty qui a suivi. Onze minutes plus tard, c'est Bergantino qui gonflait de doutes les rangs barcelonais en signant une deuxième réduction de score. A 3-2, Barcelone n'était plus sauf. Enfin c'était sans compter sur la grinta du Messi, qui remettait les locaux à leur place juste avant la pause (43e).

Là encore, même scénar'. 47e minute, coup franc pour Pizzi, qui expédie la gonfle dans la lucarne d'un Valdès hébété. Une belle réaction d'orgueil et un espoir retrouvé coté Galiciens. Et comme toujours, c'est Messi qui se chargera d'éteindre les flammes du Riazor à un quart d'heure du terme sur un de ces raids solitaires dont lui seul a le secret. Un répit de courte durée puisque deux minutes plus tard, face au pressing tenace des hommes de José Luis Oltra, bien décidés à mettre à mal le leader de la Liga, c'est Jordi Alba qui va craquer et lober Valdès. Le csc de l'espoir pour La Corogne qui va faire le siège du camp catalan durant les dix dernières minutes. Une domination, hélas, stérile pour Pizzi et ses coéquipiers qui, pourront toutefois se targuer d'en avoir passé quatre au Barça, ce qui n'était plus arrivé depuis plus de trois saisons.

Le Real Madrid tranquille, Valence s'arrache face à Bilbao

Pendant ce temps-là, ou plutôt quelques heures avant le show du Riazor, le Real Madrid était opposé, lui aussi, à un promu qui, à l'instar du Depor, était une ancienne gloire de la Liga. Mais manifestement, la grande époque du Celta Vigo était trop lointaine, samedi, pour que l'on puisse en voir une réminiscence sur le terrain du Bernabeu. Et forcément, Madrid a fait de cette opposition une simple formalité, expédiée en 11 minutes par Higuain, préféré à Benzema à la pointe de l'attaque merengue. Les hommes de José Mourinho n'ont pas eu à forcer leur talent pour plier la rencontre même s'il a fallu attendre la 67e minute et un penalty de Cristiano Ronaldo pour faire le break (2-0).

Au classement, le Barça, déjà leader, s'envole à trois points de l'Atletico Madrid, qui se déplace chez la Real Sociedad, dimanche. Le Real Madrid monte à la quatrième place en attendant la viste du Betis Seville (5e) à Osasuna. Malaga, victorieux (2-1) de Valladolid, campe à la troisième place du podium.