Aulas

Menteurs invétérés ou négociateurs hors-pair, chacun aura sa façon de juger les dirigeants de club en période de mercato. Petit florilège des plus beaux mensonges de l'été.

Aulas : "Lloris, c'est 20 millions !" 

Cela ne date pas d'hier, le président de l'OL est un fin négociateur et n'hésite pas à dire tout et son contraire dans les médias pour aider son club. Sa gestion du transfert de Hugo Lloris vers Tottenham en est d'ailleurs l'exemple parfait. Aulas, qui s'était mis d'accord avec son gardien au début de l'été s'était d'abord montré ferme sur olweb.fr : "Si un de ces clubs fait une proposition à la valeur du marché soit 20M, il aura un bon de sortie. Si ce n'est pas le cas avant le 15 juillet, il reviendra à l'OL pour la saison." Face à l'absence d'offre pour le portier international, JMA s'était alors retrouvé dans l'obligation de décaler sa deadline dix jours plus tard, au lendemain du Trophée des Champions comme il le déclarait dans Le Progrès le 24 juillet : "Nous n'avons pas d'offre officielle. Je verrai Hugo jeudi à mon arrivée à New York, nous prendrons une décision définitive au lendemain du Trophée des champions." Son gardien partira finalement un mois plus tard pour moitié moins. On ne peut pas réussir son bluff à chaque fois...

Leonardo : "Le mercato est terminé"

En plus d'être impressionnant, le mercato du PSG a été rapidement terminé. C'est du moins ce que l'on pouvait penser lors de la présentation officielle de Marco Verratti et Zlatan Ibrahimovic, lors de laquelle Leonardo avait déclaré : "On a fini le mercato pour cette année, avec l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic", se permettant derrière de taquiner les journalistes présents d'un "Pas trop déçus ?". Quelques jours après, Lucas Moura signe au PSG pour 40 millions d'euros. On a connu pire comme mercato terminé. Leo a d'ailleurs récidivé fin août, assurant de nouveau qu'il n'y aurait plus d'arrivées, avant de faire signer Gregory van der Wiel quelques jours après.

Labrune : "8 millions pour Azpi, c'est n'importe quoi !"

Longtemps, le feuilleton Azpilicueta aura tenu en haleine la Canebière. En manque de liquidité, l'OM avait plus que besoin de tirer un bon prix de son excellent latéral droit. Mais alors que La Provence révélait un accord entre Chelsea et l'OM autour d'un transfert à 8 millions d'euros, le président du club phocéen avait une toute autre vision des choses dans les colonnes de La Marseillaise : "C'est n'importe quoi ! Je ne sais pas qui lance ces informations, mais elles sont totalement fausses […] Sûrement des agents qui trouvent un intérêt à balancer ça. Peut-être qu'ils s'imaginent qu'en faisant courir un bruit de 8 millions d'euros ça fera avancer les choses, mais il n'en est rien." Le lendemain, Chelsea et l'OM annonçaient officiellement le transfert d'Azpi pour 8 millions d'euros. Les agents ont parfois bon dos.

Bonus Aulas : "C'est trop tard"

Non content d'avoir enchaîné les mensonges sur le dossier Lloris, le président lyonnais a voulu une fois de plus montrer qu'il était maître dans l'art de tromper son monde à quelques heures de la fin du mercato. Toujours à la recherche d'un milieu de terrain pour étoffer son entre-jeu, JMA avouait lundi soir au Progrès son pessimisme quant à l'aboutissement des négociations avec plusieurs joueurs : "On ne va pas y arriver, les pistes que l’on a étudiées n’ont pas abouti. C’est trop tard car pour valider un contrat il faut avant procéder à la visite médicale. Prendre un joueur demain, ça n’a plus d’intérêt car il ne pourrait être aligné en Coupe d’Europe. Sauf à ce que Rémi Garde me supplie, mais je ne le pense pas, on peut donc dire qu’il n’y aura pas d’arrivée supplémentaire." De bien belles explications qui n'ont pas empêché Arnold Mvuemba de venir passer la visite médicale à Lyon ce mardi. Un champion du monde ce Jean-Michel Aulas.