Photo: Semak fait des misères à Paris en 2004

Ce mercredi soir, face au BATE, le LOSC s'est incliné lourdement à domicile (1-3). Les Lillois ont créé le bide, eux qu'on attendait vainqueur de l'équipe biélorusse mais ils ne sont pas les seuls...

Le LOSC est le dernier d'une liste d'équipes françaises ayant énormément déçu en Ligue des Champions, lors de matches où on attendait beaucoup de leur part.

Paris commence la série  

En 2004, après une très belle saison et une deuxième place acquise derrière l'ogre lyonnais, Paris est attendu au tournant en Ligue des Champions. Et ce, même si le club a perdu ses stars, en les personnes de Gabriel Heinze et Juan Pablo Sorin partis pour Manchester United et Villarreal. Le club francilien commence très mal sa phase de poule avec une défaite au Parc contre Chelsea (0-3) notamment mais finit par se reprendre. Ainsi, lors de la dernière journée de la phase de groupe de la plus prestigieuse des compétitions européennes, le PSG peut se qualifier s'il bat le CSKA Moscou au Parc des Princes. Toute la France du football attend une victoire qui enverrait une troisième équipe tricolore en huitièmes de finale en compagnie de Lyon et Monaco. 

Mais malheureusement Paris ne tient pas son rang de favori et perd contre l'équipe russe (1-3). Sergei Semak inscrit un coup du chapeau et élimine à lui seul le club de la capitale. Fabrice Pancrate auteur du but égalisateur se remémore : "Je m'en souviens très bien. C'était un match à ne pas perdre. Il pouvait nous permettre de nous qualifier pour les huitièmes après un parcours un peu chaotique. On revenait de loin. On nous voyait déjà cuits, morts et enterrés. Il suffisait de ne pas perdre contre Moscou et on passait". Terrible CSKA ! Les Parisiens n'oublieront sans doute jamais, eux qui ont dû attendre près de huit ans pour retrouver la Ligue des Champions. 

Lyon-Glasgow Rangers : La douche écossaise 

Les hommes d'Alain Perrin se présentent comme un favori à la qualification des huitièmes de finale dans un groupe où, mise à part Barcelone, les équipes sont à la portée du champion de France, comme les Allemands de Stuttgart et les Rangers de Glasgow. Ces fameux écossais vont donner une leçon de réalisme à Lyon qui n'avait pas l'habitude de perdre à domicile.

En effet, à Gerland les Britanniques l'emportent 3-0. C'est la stupeur au sein de la capitale des Gaules. La bande à Benzema n'arrive pas à passer le verrou écossais et enchaîne une deuxième défaite d'affilée après celle qui avait eu lieu au Camp Nou 3-0. Les médias français voient difficilement comment Lyon pourrait se qualifier et la déception règne après ce début de compétition.Finalement la bande à Alain Perrin se qualifiera sur le fil en rendant la pareille aux Ecossais au match retour, en s'imposant 3-0 avec un étincelant Karim Benzema. 

OM-Spartak Moscou : toujours une question de réalisme 

Marseille sort d'un titre de champion de France en 2010, et est favori pour sortir de son groupe, en Ligue des Champions, formé par Chelsea, Zilina et le Spartak Moscou. C'est d'ailleurs contre les Russes que l'OM va s'incliner 1-0 dans son antre du Vélodrome lors du premier match des groupes. Le Spartak se fait dominer de toutes parts mais Marseille vendange toutes ses occasions. Moscou est lui impitoyable et marque sur l'une de ses seules opportunités. Marseille reçoit un coup terrible sur la tête mais se relèvera en fin de compte en allant gagner au retour 3-0.

LOSC-Trabzonspor : Lille loupe son rendez-vous avec l'histoire

Lors de la saison dernière, le LOSC est en ballotage favorable pour se qualifier pour la première fois de son histoire en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour cela, il faut d'abord que les Nordistes viennent à bout des Turcs de Trabzonspor à Villeneuve d'Ascq. Le Champion de France 2011 domine toute la rencontre mais Moussa Sow, Eden Hazard et compagnie n'arrivent pas à marquer, eux qui ont tellement de fois fait trembler les filets en Ligue 1, la saison dernière. La France est encore une fois déçue par son champion. Le pire, c'est qu'en fin de compte, Lille est éliminé de toutes les compétitions européennes et n'est même pas reversé en Europa League, terminant à la dernière place du groupe.

OL-Nicosie : Le petit poucet signe la fin de l'ogre 

Ce 7 mars 2012, personne ne se doute franchement que Lyon va se faire éliminer. Même si beaucoup d'acteurs du football français savent l'orgre lyonnais en fin d'hégémonie, ils pensent pasque Nicosie puisse un moment donné marquer à deux reprises ( à cause de la victoire lyonnaise 1-0 au match aller) sans que les Gones puisse scorer au moins une fois. Le match est finalement un véritable cauchemar pour le favori qui ne tient absolument pas son rang.

Dominés, les Rhodaniens paniquent et prennent un but. Le temps passe et les hommes de Rémi Garde n'arrivent pas à trouver la faille. Avec un douzième homme du tonnerre ce soir-là, les Chypriotes donnent tout ce qu'ils ont pour marquer l'histoire. Aux tirs au but, ils s'imposent. Lyon, lui, signe la véritable fin de son hégémonie. On parle même de "fins de cycle" ou de mauvaise "transition" dans les rangs du club présidé par Jean-Michel Aulas. Pour une fois qu'un club français avait l'occasion de se qualifier pour les quarts de finale face à un club dit "beaucoup moins fort" que la moyenne en Ligue des Champions, Lyon gâche la fête. Marseille de son côté se qualifiait pour les quarts face à l'Inter Milan... une autre paire de manche !