Manchester City

Promis à un titre certain après leur début de saison tonitruant, les Citizens ont vécu une fin d'année délicate. Amputé de plusieurs joueurs cadres, partis à la CAN ou bien suspendus, Manchester City s'apprête à vivre un mois chargé, qui pourrait les amener à perdre espoir dans les trois compétitions dans lesquelles le club est encore engagé. Accident ou bien réelle crise, Chronofoot ouvre le débat et donne la parole à ses lecteurs... 

Au début du mois de septembre, le titre de champion semblait promis à Manchester City. Jeu collectif fluide, assise défensive solide, scores fleuves, tout allait pour le mieux du côté de la ville du Nord de l'Angleterre. Mais depuis décembre, la machine semble s'être grippée, avec 3 revers et un nul lors des cinq derniers matches. Autant dire que les Citizens sont bien loins de leurs standards du début de saison.

Problèmes d'egos 

La belle entente affichée au sein de l'effectif pléthorique de Manchester City semble peu à peu s'effriter. Fatigués de n'être cantonnés qu'à un rôle de doublure, certains joueurs qui avaient auparavant les honneurs de la titularisation dans leurs anciennes équipes, commencent à perdre patience, et à faire preuve de moins d'envie sur le terrain. On peut citer comme exemple Samir Nasri, radieux durant l'été et désormais transparent à chaque sortie des Citizens, ou encore Edin Dzeko, qui ne se contente plus que de bouts de matches.

Mais ces joueurs délaissés par Roberto Mancini vont avoir l'occasion de faire leurs preuves durant le prochain mois éprouvant au cours duquel les Skyblues affronteront Tottenham en Premier League, Liverpool en match retour de la Carling Cup et Porto en Europa League. Des rencontres décisives pour les hommes de Mancini, récemment éliminés de la FA Cup par leur voisin United. Des rencontres qu'il faudra à tout prix remporter pour les hommes de Roberto Mancini, s'ils souhaitent mettre le grappin sur un des trois trophées auxquels ils peuvent encore prétendre.

Yaya va leur manquer 

Pourtant, le technicien italien devra se passer d'un joueur majeur de son effectif, Yaya Touré, parti disputer la CAN avec la Côte d'Ivoire. Ses prestations, souvent éclipsées par les exploits de David Silva, n'en sont pas moins impressionnantes. Véritable plaque tournante de son équipe, c'est lui qui donne le tempo de la rencontre, à l'image de ce que fait Xavi à Barcelone. D'autant qu'en plus d'orienter le jeu intelligemment, l'Ivoirien ratisse un nombre incalculable de ballons, donnant l'impression d'être partout sur le terrain. Un véritable joueur box-to-box comme le dirait nos amis anglais.

Sans oublier l'absence de Vincent Kompany, suspendu quatre matches pour un tacle un peu trop appuyé sur Nani lors du 3e tour de FA Cup face à Manchester United, ainsi que celle de Kolo Touré parti disputer la CAN avec son frère. Des absences handicapantes dont se plaint d'ailleurs Roberto Mancini, mais difficile de prendre l'Italien au sérieux tant l'effectif de City est fourni.

La solution individuelle ? 

Pour contrer cette méforme, les Citizens pourraient être tentés de privilégier les exploits personnels au jeu collectif. Si face à de modestes équipes, cette stratégie devrait fonctionner, contre de grosses cylindrées, comme le sont Tottenham ou bien Porto, les hommes de Roberto Mancini pourraient se casser les dents à essayer de faire la décision individuellement. 

Si les Skyblues se sortent de cette mauvaise passe, ils pourront définitivement être considérés comme un collectif fort et soudé. Dans le cas contraire, ce sera encore une fois la preuve que ce n'est pas en alignant les millions et les talents sur le terrain que l'on construit une équipe digne de ce nom.  

A lire aussi:

Balotelli se soulage dans les toilettes d'un lycée 

Manchester City: Arrivée d'Eric Abidal ?

Pensez-vous que Manchester City puisse réellement tout perdre, ou bien estimez-vous que ces deux dernières semaines n'ont été qu'un accident de parcours ? Chronofoot ouvre le débat et donne la parole à ses lecteurs. A vos commentaires...