Dominique Strauss-Khan au stade Mayol du RCT

Passé maître dans l'art de la provocation, Mourad Boudjellal a diffusé une photo polémique de Dominique Strauss-Kham sur les écrans du Stade Mayol pour célébrer la journée internationale de la femme. "Ce n'est que de l'amusement" a assuré le président du Racing Club de Toulon. 

Le président du Racing Club de Toulon est un adepte de la provocation. Et depuis quelques temps, il a pris l'habitude de diffuser une image humoristique qui colle à l'actualité du moment sur les écrans du Stade Mayol de Toulon. Récemment, une photo de Gérard Depardieu a été diffusé avec la mention suivante : "Bons baisers de Russie"

Au lendemain de la journée internationale de la femme, Mourad Boudjellal a voulu marquer le coup. Avant le coup d'envoi du match entre le RCT et Biarritz, il a décidé de diffuser une image de Dominique Strauss-Khan sur l'écran géant du Stade Mayol, sous laquelle on pouvait lire "Bonne fête à toutes."

"On a la réalité d'un homme politique" 

Interrogé par le quotidien régional, La Provence, Mourad Boudjellal s'est justifié de cette action un tantinet provocatrice : "J'ai toujours voulu faire des petits clins d'oeil humoristiques sur les écrans géants du stade Mayol. Cette fois-ci, j'ai fait le choix de DSK parce que, d'abord, je le respecte énormément. Je trouve qu'il est devenu un personnage humoristique et authentique, car à travers ce qu'il représentait, à travers l'image de ce qu'on en a fait entre Les Guignols de l'Info et ce qui lui est arrivé, on a la réalité d'un homme politique."

Un attachement au personnage qui incarne l'état d'esprit de ses confrères politiques :"Des tas d'hommes politiques nous ont fait croire qu'ils étaient axés sur leur travail, alors que ce qui intéresse 99 % d'entre eux, quand ils ont fini leurs discours, c'est le 'cul', picoler et le pouvoir. Du coup, je trouve extraordinaire que DSK ait pu être vilipendé par ses semblables, lesquels ont soudainement incarné le refus de tout ça !"

"Quand j'arrive à choquer un peu les cons"

Conscient que son action ait pu déclencher l'ire de certains groupes féministes, Mourad Boudjellal assure que le message doit être pris au troisième degré. Le meilleur moyen pour faire réagir selon lui : "Oui, je suis sûr que les féministes vont me tirer dessus à boulets rouges, mais c'est une attention pour un politique normal, un mec normal et ça le rend plutôt sympathique." 

Mourad Boudjellal insiste donc sur le côté humoristique de cette action. Cette dernière fait en tout cas réagir, ce qui était l'objectif du président du club de la Rade : "Les femmes dont la préoccupation première aujourd'hui est de savoir qui est le successeur de Benoît XVI, ont pu évidemment être choquées ! Mais les autres non, j'en suis persuadé. Ce n'est que de l'amusement (…). Quand je pense à un truc amusant, je ne me soucie pas beaucoup de l'avis des cons. Sinon je ne ferais rien. Accessoirement, quand j'arrive à choquer un peu les cons, j'ai réussi ce que je voulais faire."