Mourad Boudjellal dénonce le système de la FFR

Dans une interview donnée à l'AFP, Mourad Boudjellal appelle à une revalorisation des indemnisations des clubs du Top 14 par la Fédération Française de Rugby concernant la mise à disposition des joueurs pour les matchs internationaux. Extraits au vitriol.

Chaque année c'est la même chanson. Le calendrier de rugby est toujours marqué par les doublons entre le Top 14 et le Tournoi des 6 Nations, qui privent les clubs français des internationaux sur une période de six semaines. Interrogé par l'AFP, le président du Racing Club de Toulon, Mourad Boudjellal a  vivement réagi pour critiquer le système de doublons : "Je crois que ce système (de mise à disposition des joueurs) n'est pas si pourri. On glorifie le système anglais, mais on les bat en quarts de finale de la Coupe du monde. En novembre (3 victoires en test-matches), on n'a pas dit merci aux clubs non plus. C'est un peu facile de leur faire porter la faute maintenant." 

"Il faut revoir ces règles amateurs"

Mais là ou le bas blesse pour le président du RCT, c'est la perte financière de la mise à disposition des internationaux pour le XV de France. Pour pallier cela, Mourad Boudjellal aimerait que les fédérations rénumèrent les clubs pourvoyeurs en internationaux : "J'emploie 140 salariés à Toulon, je paye des internationaux et c'est loin d'être donné. Il faut revoir ces règles amateurs, ces doublons à la con. Moi, il y a deux semaines, j'ai juste eu le droit de payer mes internationaux français, pas de les faire jouer, et je n'ai pas eu d'indemnisation. C'est invivable, impensable dans le droit du travail. Moi, j'en ai marre de financer le rugby mondial. La semaine dernière, Bernard (Laporte) a dû aller pleurer auprès du sélectionneur géorgien pour ne pas qu'il retienne nos deux piliers."  

Copier le modèle anglais ? 

Une situation inverse en Angleterre puisque la Fédération Anglaise de Rugby n'hésite pas à rémunérer les clubs anglais qui laissent leurs joueurs à la disposition du XV de la Rose. Le manager anglais, Rob Andrew a confirmé ce fait dans les colonnes de l'Equipe : "Nous leurs versons 12 millions de livres (13,8 millions d’euros, à raison de 1,15 million d'euros par clubs qui aligne 50% de joueurs anglais sur chaque feuille de match sur la saison)" Une possibilité que la fédération anglaise doit aux revenus générés par le stade de Twickenham dont elle est propriétaire. Un argument de poids qui donne sens à la construction du Grand Stade de 82 000 places à Ris-Orangis voulue par la FFR. 

Malgré cela, Mourad Boudjellal aimerait que la Fédération Française de Rugby fasse l'effort financier dans l'immédiat pour aider les clubs dans cette période de l'année : "La Fédération veut se payer un stade à 600 millions, c'est très bien. Mais avant, il faudrait penser à payer ceux qui sont sur la pelouse (...) On dit que l'on n'a pas d'argent. Mais regardez les réceptions d'après match, c'est smoking et champagne. On est très bling-bling à la Fédération et ça ne gêne personne."