Paolo Cannavaro avec Edinson Cavani

Le défenseur de Naples, et frangin de Fabio, Paolo Cannavaro, croit aux chances de son club de bien figurer en Serie A ou en Ligue des Champions.

A l'image de son frère Ballon d'Or Fabio, Paolo Cannavaro a le Napoli dans le sang. Natif de la ville, Paolo a fait du maillot azzurro de Naples sa seconde peau. Le défenseur central s'est confié au Corriere dello Sport dans une interview exclusive.

Serie A, Ligue des Champions, à 30 ans, le joueur sait qu'il doit profiter du nouveau statut de Naples : "En 2015, j'aurai 34 ans... Maintenant je joue en C1 et je veux en profiter. Nous avons un mois intense devant nous mais nous sommes prêts à l'affronter. Nous entrons dans une phase cruciale de notre saison et nous le savons". Lazio, Manchester City, Atalanta et Juventus. La seconde moitié de novembre apparait bien ardue pour les Napolitains. Cannavaro tente de dédramatiser : "Je sais que de l'extérieur on a un regard différent sur ces choses. Mais les footballeurs ont une façon personnelle d'analyser les évènements. Pour le moment, nous nous concentrons sur la Lazio, sur sa force. Dans nos discours, Manchester viendra après".

"Klose me fait peur"

Très humble, Cannavaro admet que Klose (8 buts en 11 matches avec la Lazio cette saison, ndlr) "fait peur" : "Ce joueur me plait. Il se fait remarquer au moment opportun : 'zac !' et il met le ballon au fond". Paolo était blessé lors du déplacement des siens à l'Allianz Arena, où Naples s'est incliné 3-2 contre le Bayern au terme d'un match épique : "Quand j'y repense, je souffre. Il y a des matches auxquels tu rêves de participer pendant toute ta vie et qui t'échappent des mains alors que tu pouvais les toucher. Mais c'est du passé". Autant se concentrer sur l'avenir donc, et Cannavaro confie son rêve de gosse : "Tout gagner avec le Napoli". La tâche s'annonce compliquée. Naples - Manchester City déterminera sans doute l'identité du club qui accompagnera le Bayern en huitièmes de finale de la C1. Les Italiens sont actuellement troisièmes de leur poule. Il leur faudra vaincre ou mourir.