OGC Nice : Eric Roy remplacé par son adjoint René Marsiglia au poste d'entraîneur

Eric Roy n’est plus l’entraîneur de l’OGC Nice. L’information vient de nous être communiquée. C’était dans l’air du temps et c’est désormais officiel. L’ancien joueur est le premier entraîneur sacrifié de cette saison 2011-2012 en Ligue 1.

Manager général du club, Eric Roy avait pris les rênes de l’équipe première en mars 2010 suite à l’éviction de Didier Ollé-Nicole afin d’empêcher le club de descendre en Ligue 2. Sa mission réussie, il a été prolongé dans ses fonctions pour la saison suivante. Malgré tout, l’entraîneur ne parvenait pas à bien faire jouer son équipe, lui qui avait vu son effectif baisser en qualité. Une belle épopée en Coupe de France, demi-finale perdue contre le vainqueur lillois, avait sauvé les apparences. Car en Ligue 1, la bataille pour le maintien aura eu lieu jusqu’à la dernière journée.

Pour cette nouvelle saison, les objectifs du club azuréen désormais présidé par Jean-Pierre Rivère étaient plus élevés : finir entre la huitième et la douzième place. Il faut dire que le nouvel homme fort a investi dans ce club et qu’il attend des résultats croissants en prévision de la livraison du nouveau stade de 35.000 places construit pour jouer l’Europe. Sauf que depuis le début de la saison, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Et sur les sept derniers matchs, les Aiglons n’ont empoché qu’à une seule reprise les trois points et sont aux portes de la relégation, à égalité de points avec le promu dijonais.

Afin d’enrayer cette spirale négative, c’est bien connu, le président n’a souvent pas d’autre choix que de changer le chef de meute. Ainsi, c’est Eric Roy qui s’est vu retirer la gestion de l’équipe fanion pour la laisser à son adjoint, René Marsiglia. La rumeur circulait ces derniers jours et c’est désormais officiel. Le petit problème est que le nouvel homme fort de l’OGC Nice n’a pas encore son diplôme d’entraîneur, qu’il est en train de passer. Quid du nom de l’entraîneur affiché officiellement sur la feuille de match dès samedi contre Saint-Etienne. Un club qui avait procédé de la même façon en limogeant Alain Perrin et en confiant l’équipe à son ancien adjoint, Christophe Galtier.

Le choc psychologique est bien entendu attendu par le président Rivère. Ce dernier attend aussi plus de professionnalisme et d’implication de la part de ses joueurs qui devront se battre jusqu’au bout pour conserver leur place parmi l’élite. Premier élément de réponse dès ce week-end. Eric Roy est le premier entraîneur sacrifié en Ligue 1, bien loin des statistiques italiennes…