Jean-Michel Aulas, le myhtique président de l'OL

La nouvelle est tombée comme une bombe ! Le recordman de victoires dans le Tour de France, Lance Armstrong, a été déchu de ses 7 titres. Dans le foot, la France a aussi connu une période de domination sans partage pendant 7 ans avec l'OL. Et si on apprenait que l'OL avait été dopé pendant tout ce temps ? Récit de pure fiction à lire au second degré...

Lance Armstrong de 1999 à 2005. L'OL de 2002 à 2008. Pendant 7 ans, ces deux "champions" ont régné sans partage sur la France. L'un sur les cols du Tour, l'autre sur les pelouses de l'Hexagone. Deux exemples pour les autres jusqu'à ce jeudi soir. Un communiqué publié sur le site officiel du coureur affirmait que ce dernier ne souhaitait plus se battre contre les multiples accusations de dopage dont il fait preuve. Dès lors, l'USADA (l'agence américaine antidopage), en charge du dossier a confirmé que le Texan serait déchu de ses 7 titres. 7, c'est le chiffre magique qui éclabousse de gloire le palmarès du club de Jean-Michel Aulas. La rédaction de Chronofoot a un peu perdu les pédales et image ce que pourrait être le palmarès de la Ligue 1, si l'OL était à son tour privé de ses succès...

2002: Au nord, c'était les CoronsEt si les Walemme, Sibierski, Debève, Blanchard, Coridon et Moreira avaient fait la nique aux Deflandre, Bak, Chanelet, Delmotte, Violeau, Née et autres Tony Vairelles ? Si ces noms vous semblent d'un autre temps, c'est pourtant ce que la Division 1 (encore sous ce nom à l'époque) proposait de mieux. La fine fleur de la gonfle hexagonale ressort d'outre-tombes pour hanter vos souvenirs d'un Téléfoot qui avait encore les droits de la D1, co-présenté par Thierry Roland, Pascal Praud et autres Vincent Hardy. Le hold-up avait d'ailleurs eu lieu puisque les félons lyonnais avaient glané leur premier titre lors de la dernière journée... face à Lens.

2003: SAS Didier DeschampsPour sa deuxième saison seulement en tant que coach, DD aurait pu continuer d'empiler les titres comme un fan des Linkup accumule les posters des Popstars (Matt Pokora vient de là). L'ASM termine seulement à un point de Lyonnais qui doivent désormais assurer le rôle de favoris. Pourtant, avec un buteur à 26 pions (SAS Shabani Nonda), la bande à Deschamps ne parvient pas à détrôner les tactiques de Paul le Guen. Il faut dire que dans l'effectif, il y a trois écrivains en herbe qui bossent sur leur autobios (Evra, Giuly et Rothen). Pas de Goncourt mais une Coupe de la Ligue. Le début d'une histoire d'amour entre DD et la coupe à Moustache.

2004: Paris, 10 ans plus tardPendant que l'ASM se prend pour un grand en Ligue des Champions, le PSG de Coach Vahid prend le meilleur sur l'équipe de la patate de Pencran. 10 ans après les Raï, Valdo, Lama, Weah et Ginola, le Parc se trouve de nouvelles idoles. El-Karkouri, Mendy, Pierre-Fanfan, Hugo Leal et Reinaldo deviennent les nouveaux princes de Paris. Finalement, ils ont bien fait de préférer Boskovic à Kaka...

2005: La chien aboie, la caravane passeToujours dans sa transition en douceur entre Vahid et Rudi Garcia, le LOSC demande au marathonien Claude Puel de donner encore un peu plus d'ampleur aux Dogues. Eden Hazard joue encore avec ses couches, mais Matt Moussilou assure (22 buts, si, si, on a vérifié) et permet aux nostalgiques du Stade Grimonprez-Jooris de chavirer. De cette épopée, Debuchy est le seul rescapé à ce jour...

2006: Viens boire un "petit coup" à la maisonA l'heure où le Barça de Rijkaard entame sa révolution et éclabousse de son talent ronaldinhesque l'Europe, un autre Brésilien prouve que les Cariocas n'ont pas tous la samba dans la peau. Avec une attaque de quasi-relégable, Ricardo hisse Bordeaux tout en haut. Darcheville meilleur scoreur de la saison girondine culmine à 8 réalisations. David Jemmali est rétrospectivement élu meilleur joueur de la saison. Franck Jurietti entre dans le livre des records avec la plus courte sélection internationale (5 secondes, si, si on a compté).

2007: "J'ai qu'ça qu'à dire"Lassés d'être la risée des supporteurs parisiens (qui joue le maintien mais qui garnissent néanmoins la cheminée de quelques trophées), les Marseillais reprennent le pouvoir. L'annonce de la reprise du club par Kachkar ne perturbe en rien le vestiaire olympien. Zubar et Civelli stoppent tout ce qui s'approchent, Carrasso a encore ses deux genoux, et Ribéry surfe sur son Mondial 2006. Auréolé d'un titre de champion, Franck débarque en claquettes/chaussettes sur le plateau de Téléfoot et fait dire camion à Hélène Foxonet.

2008: Le Président, Yes He Can 2008 restera à jamais connue comme une année présidentielle. Obama devient le 44e président des USA (et accessoirement le premier noir à accéder à cette fonction) et Laurent Blanc trouve enfin un banc de touche. Le Yin et le Yang ne font qu'un et font chavirer de bonheur leurs sympathisants. Le premier promet la fermeture de Guantanamo, le second promet de nous donner un nouveau Zidane avec Gourcuff. Aujourd'hui, les promesses ne sont toujours pas tenues...