Cris

Cris, le défenseur central brésilien de l'OL, sait que le petit poucet Quevilly (National) aura les faveurs du Stade de France ce samedi en finale de la Coupe de France. Et de la majorité de l'Hexagone d'ailleurs. 

Mis à part chez les supporteurs lyonnais, et peut-être chez quelques Marseillais et Rennais revanchards, on a l'impression qu'un mouvement populaire a embrasé la France du football, en faveur de Quevilly, le 13e du championnat de National. Ce samedi, le petit poucet de la Coupe de France aura l'occasion de brandir le prestigieux trophée dans le ciel de Saint-Denis, ce qui serait historique. En effet, jamais un club amateur, c'est-à-dire n'évoluant pas en L1 ou en L2, n'a remporté la Coupe nationale.

"La chance de leur vie pour les joueurs de Quevilly" ; Cris 

"Toute la France sera contre Lyon !", lâche le défenseur central brésilien de Lyon, Cris, dans un entretien accordé au Progrès et à paraître ce samedi dans un supplément spécial Coupe de France. Après une défaite en Coupe de la Ligue, 1-0 après prolongations face à l'OM ("Je ne comprends pas pourquoi on est resté aussi timides sur le terrain. On n'a pas joué du tout"), celui que l'on surnommait "Le Policier" du temps de sa splendeur ne compte pas laisser s'échapper ce trophée qui lui tendra les bras samedi : "Quand tu retrouves des adversaires de CFA (Cris n'est pas très bien renseigné, puisque le National est un échelon au-dessus de la CFA), tu dois t’adapter à un adversaire dont tu sais qu’il va se donner à fond. Et s’ils sont là en finale, c’est qu’ils ont la capacité de jouer à un bon niveau, ce sont des joueurs qui ont fait aussi des centres de formation de L1 et de L2, donc c’est la chance de leur vie de montrer qu’ils ont des qualités".

Cris préfère la Coupe de France à la C1 

Cris privilégie cette finale par rapport à la course à la 3e place et à la Ligue des Champions (Lyon est 4e à 6 points du LOSC, 3e) : "Parce que c’est le prochain match et que je veux toujours gagner le match qui arrive ! Et puis on serait au moins qualifié en Ligue Europa, ce serait déjà ça d’acquis", se justifie le Brésilien. Cris aura 35 ans le 3 juin prochain, et il digère mal les critiques que lui adressent régulièrement les médias français, qui lui conféreraient volontiers une carte vermeille avant l'heure : "En France, c’est très bizarre, mais un joueur qui a moins de 25 ans est jeune, s’il a plus de 30, il est vieux. Ca veut dire que tu as cinq ans pour jouer au foot en France (rires) !".

Coupe de France : Ces petits poucets qui sont (presque) allés au bout 

Franck Ribéry soutient l'US Quevilly 

Quevilly pourrait ne pas jouer la Ligue Europa