Cris

Après une première partie début de saison mitigée et une blessure qui l'a éloigné des terrains pendant deux mois, le défenseur brésilien a longtemps maintenu une certaine distance avec les médias. Pour L'Equipe, le capitaine des Gones est revenu sur cette période difficile. 

Alors que les récents succès de Saint-Etienne assignent l'Olympique Lyonnais à une place qui n'a pas été la sienne depuis bien longtemps (ils sont sixièmes depuis mercredi soir), on s'interroge sur l'avenir sur les bords de Rhône. En tant que capitaine en fin de carrière et après un début de saison qu'il qualifie de "moyen", Cris est l'un des premiers à catalyser les inquiétudes. Vieillissant, le Policier ? "Bien sûr qu'aujourd'hui, je ne peux pas faire des matches comme en 2006, 2007 et 2008. [...] C'est simple, tu perds de la vitesse, donc tu joues plus avec l'expérience."

"Je peux motiver les plus jeunes" 

Ah, la fameuse science du placement si chère aux trentenaires de Ligue 1 ! Longuement remis en question cette saison, Cris s'est presque senti obligé de rappeler ce qu'il pouvait encore apporter malgré ses 34 ans bien tassés: "Mon engagement et mon expérience. Je suis toujours prêt pour les duels." Sans oublier qu'en joueur expérimenté, fort de plus de sept ans de présence à Lyon, Cris a d'autres rôles à jouer: "Je peux motiver les plus jeunes. Quand j'en vois un la tête basse qui ne parle pas beaucoup, c'est le rôle d'un capitaine d'aller le voir."

"J'ai peur qu'on ne soit pas sur le podium" 

Cris en profite pour faire un point sur l'état de forme de Lyon aux deux tiers de la saison: "On en est déjà à trente-huit matches cette saison et avec les blessures, le début a été très difficile et très chargé. [...] Aujourd'hui on sent la fatigue." Et le Brésilien de s'arrêter sur le classement des siens: "J'ai peur qu'on ne soit pas sur le podium (et donc pas de Ligue des Champions). Il y a quatre ou cinq équipes pour une place et ça va être vraiment dur. Aujourd'hui, on joue les quatre compétitions mais dans un mois, on peut n'en jouer qu'une ou deux! On ne peut pas lâcher maintenant." Cap'tain Cris sonne la révolte.

A lire aussi:

OL: Cris de retour face à Lorient ?

La Ligue 1 plus passionnante que jamais