Les frères Ayew ont retrouvé le sourire

Auteurs des deux buts de la victoire 2-0 de l'OM à Ajaccio dimanche, André et Jordan Ayew ont réveillé une attaque marseillaise en panne depuis la blessure d'André-Pierre Gignac. Et remis quelques pendules à l'heure...

Sans aller jusqu'à s'appuyer sur les montants pour marquer des buts comme les frères Derrick dans le dessin animé culte "Olive et Tom", André et Jordan Ayew ont, à eux deux, apporté une précieuse victoire à l'OM sur le terrain d'Ajaccio (2-0) dimanche. Une belle épine enlevée du pied de l'équipe phocéenne, qui commençait à montrer des signes de lassitude après un début de saison canon.

Un succès signé Ayew 

S'ils s'étaient croisés sur la pelouse du Parc des princes lors de la défaite 2-0 face au PSG en Coupe de la Ligue mercredi dernier, Jordan remplaçant son frangin en cours de partie, cette fois les fils d'Abedi Pelé ont disputé ensemble les 25 dernières minutes du match à Ajaccio. En effet, le cadet des Ayew suppléait sur le front de l'attaque olympienne (66e), un Loïc Rémy toujours à cours de compétition et qui n'a pas marqué le moindre but en Ligue 1 cette saison. Auparavant, André Ayew avait déjà pris les choses en main d'une tête rageuse au dessus d'Ochoa (55e), après un bon travail de Valbuena sur le côté gauche. Le premier but encaissé par les Corses dans leur forteresse de François-Coty cette saison.

Rongeant son frein sur le banc des remplaçants la plupart du temps, Jordan allait de son côté étaler toute sa classe sur une action initiée par l'intenable "petit vélo", qu'il concluait d'un tir croisé du pied droit, au sortir d'une feinte de corps d'école (71e). Grâce au coup de boost donné par la fratrie Ayew, les hommes d'Elie Baup pouvaient exprimer leur soulagement d'avoir mis fin à une vilaine série de 3 défaites toutes compétitions confondues, sans inscrire le moindre but. Critiqué depuis quelques semaines pour son manque d'impact d'un point de vue statistique (1 but, 1 passe en Ligue 1) ces derniers temps, André a apporté la plus belle des réponses sur le terrain dimanche.

Faire le boulot avant de partir à la CAN 

"Ça fait un moment que je ne suis pas très bien. Je suis en train de remonter petit à petit, je commence à trouver mes sensations. Je ne pense pas à ce qu'on dit, les critiques ou quoi que ce soit. Moi je sais ce que j'ai, ce que je fais, et tant que je fais mon boulot et satisfais le coach et mes coéquipiers, c'est le plus important", clarifiait l'international Ghanéen après la rencontre. Un retour en forme qui tombe à pic, au vu de la méforme actuelle de Loïc Rémy et de l'absence au long cours d'un André-Pierre Gignac qui ne devrait pas retrouver les terrains avant 2013. D'ici là, le club phocéen pourrait bien s'appuyer sur les frères Ayew, avant que ceux-ci ne rejoignent la sélection du Ghana, pour disputer la CAN 2013 (du 19 janvier au 10 février) avec les Black Stars.