Zlatan Ibrahimovic veut guider le PSG vers l'invincibilité en Ligue 1

Avec la défaite 3-1 de Bordeaux à Bastia dimanche dernier, le Paris Saint-Germain reste la seule équipe invaincue en Ligue 1 cette saison. Jusqu'à quand ?

A observer la manière avec laquelle il a harangué ses troupes après avoir débloqué la situation à Marcel-Picot, on a cru voir en Zlatan Ibrahimovic, le roi Léonidas exaltant ses Spartiates dans le film culte de Zac Snyder 300. Et ce refus viscéral de la défaite, le géant suédois est en train de le transmettre peu à peu à ses petits camarades du Paris Saint-Germain.

Une défense de fer 

Pourtant, le PSG a bien failli chuter d'entrée de jeu face à sa bête noire Lorient au Parc des princes. Mais ce soir là, Ibracadabra décidait de prendre les choses en main et plantait deux buts à Fabien Audard en fin de match, pour permettre aux hommes de Carlo Ancelotti de s'éviter quelques soucis (2-2). Depuis, si le club Francilien ne se montre pas toujours souverain dans la maîtrise du jeu, il a affiché une solidité défensive à toute épreuve, à peine ébranlée par le quart d'heure de folie (deux buts de Gignac encaissés entre la 18e et la 32e minute) disputé au Vélorome face à l'OM.

"Il n'y a pas de grande équipe sans grand gardien", aime souvent à dire Arsène Wenger au micro de TF1. Et le PSG n'échappe visiblement pas à la règle. Avec Salvatore Sirigu, les Rouges et Bleus tiennent un portier de tout premier plan, qui était certainement la meilleure recrue du club depuis le rachat de QSI, avant l'arrivée du monstre Ibrahimovic. L'international italien n'a ainsi encaissé que 3 buts (tous à l'extérieur) et a arrêté ou détourné 22 tirs en 9 matches disputés. L'ancien palermitain peut se reposer sur une défense qui est actuellement la plus imperméable de France. Une statistique qui doit beaucoup à la tonicité retrouvée de Mamadou Sakho, intraitable dans les duels, associé à un Thiago Silva qui joue a un rythme de sénateur tant sa vista et sa qualité technique lui confèrent un temps d'avance sur ses adversaires directs... 

Un milieu de terrain travailleur et Ibra fait le reste

Il serait injuste de ne pas mentionner le nom du Brésilien Alex, touché au genou lors du dernier PSG-Reims (1-0), mais qui a largement contribué à faire du but de Sirigu, un mirage pour les attaquants de Ligue 1. L'autre clé de l'efficacité défensive du PSG, c'est sa capacité à confisquer le ballon. Avec 54% de possession de balle en moyenne, les protégés du Mister sont seulement devancés par Lyon (60%) et Lille (57%) dans ce domaine. La volonté de jouer au sol depuis la base (Sirigu), était palpable lors de la dernière rencontre à Nancy, où Ancelotti lui-même a dû se lever du banc pour demander à son gardien d'allonger, voyant son équipe en difficulté.

La présence de Verratti dans ce fameux rôle de Regista, favorise ce style de jeu. Car le petit Italien organise tout depuis une position reculée, et profite de la mobilité et du travail de harcèlement de deux joueurs devant lui, dont l'infatigable Blaise Matuidi. Avec un tel socle défensif, les trois joueurs offensifs peuvent voir venir, et attaquer l'esprit libéré. Mais pour l'instant, le seul qui tient véritablement son rang (et c'est peu de le dire), c'est l'ancien Milanais. Les buts de Zlatan Ibrahimovic inscrits contre Lorient (x2), Lille (x2), Marseille (x2) et Nancy, ont ainsi directement rapporté 8 points au PSG, qui aurait peut-être perdu l'une de ces rencontres sans son Viking, et ne serait donc plus invincible à l'heure actuelle.

Peuvent-ils imiter Arsenal en 2004 ou la Juventus la saison passée ?

A la table des invaincus en Europe, ils ne sont d'ailleurs plus que cinq depuis la chute de Bordeaux et du Bayern le week-end dernier : Manchester City, le FC Barcelone, l'Atletico Madrid, la Juventus Turin et donc le Paris Saint-Germain, qui se trouve en bien belle compagnie. Au rayon des défenses, le PSG est même la troisième formation la plus performante dans ce secteur (derrière le Bayern et la Juventus). L'actuel vice-champion de France semble réunir tous les ingrédients pour faire au moins aussi bien que le FC Nantes en 1994-1995, qui avait enchaîné 32 matches sans défaites avant de tomber à Strasbourg (0-2). Voire de terminer la saison invaincus comme l'avaient fait les Gunners de Thierry Henry et Patrick Vieira en 2003-2004, ou plus récemment, la Juve emmenée tout là haut par Pirlo la saison passée. Mais pour y parvenir, les Parisiens devront faire face à tout le reste de la meute qui ne rêve que d'une chose, faire tomber cette armada réputée invincible comme les 300 Spartiates...