Adrien Rabiot, la nouvelle pépite du centre de formation du PSG

On parle d'Ibra, de Thiago Silva, de Modric... Mais dans l'ombre un gamin est en train de bousculer la hiérarchie au sein du club. A 17 ans, Adrien Rabiot est la nouvelle perle de la formation parisienne. Après avoir été champion de France avec les jeunes, Adrien Rabiot fait désormais partie du groupe de Carlo Ancelotti. Ambitieux, il rêve de concrétiser avec les grands, malgré une concurrence extraordinaire. Et pourtant, si cet ado semble avoir une vie de rêve, il cache en lui un grand drame familial. Portrait d'un possible futur grand.

La coupe de Carles Puyol, le physique d'Abou Diaby et les yeux bleus de Sirigu, Adrien Rabiot a d'ores et déjà pas mal de points de comparaison. Pour le reste, c'est un sombre inconnu. Mais il ne devrait pas le rester longtemps. Carlo Ancelotti l'a intégré à son groupe pro pour la préparation d'avant-saison et semble compter sur la dernière pousse du centre de formation francilien. Si le PSG s'active à tout va sur le marché des transferts, le coach italien assure ne pas oublier la formation à la française: "Nous pensons qu'il faut des joueurs d'expérience mais aussi derrière des éléments jeunes. C'est pourquoi nous avons discuté avec Verratti qui est un des meilleurs espoirs italiens. C'est un joueur pour l'avenir du PSG comme Adrien Rabiot d'ailleurs", expliquait-il dans Le Parisien récemment. Il a signé son premier contrat pro le 2 juillet dernier. Un bail de 3 ans après une pige avortée à City quand il avait 13 ans.

Mais qui est donc cet Adrien Rabiot, que l'on décrit comme un futur grand ? Grand ? Il l'est déjà par la taille: 1m89 pour 75 kg à 17 piges. Le gamin n'a pas du louper beaucoup de repas. Celui qui se définit comme "milieu relayeur en numéro 8", est aussi capable de jouer numéro 10.  Mais Ancelotti a d'autres plans pour celui qui a été sacré champion de France U17, il y a deux saisons: "Il a toutes les qualités pour jouer cette saison, sans doute dans un rôle de milieu gauche". Dans le système dit "sapin de noël", cela signifie milieu relayeur. Tout juste le Carlo. Un poste qui demande du coffre mais que Leonardo approuve: "Il n’a que 17 ans et il est déjà formé. Sur le terrain comme en dehors, Adrien montre une très grande personnalité". L'intéressé confirme: "Sur le terrain, j’ai mon propre caractère, j’ai parfois tendance à m’emporter".

Le Scaphandre et le Papillon

Car derrière son look un peu flegmatique, Adrien Rabiot, n'a pas été épargné par la vie. Depuis 5 ans, Rabiot doit faire avec un père absent malgré lui. Victime d'un AVC massif, Michel Rabiot, est depuis coincé dans un fauteuil victime d'un locked-in syndrome. Comme dans le film Le Scaphandre et le Papillon, le patient est atteint d'une paralysie totale et ne peut communiquer qu'avec ses yeux, bien que conscient de tout. "Il ne peut s'exprimer qu'avec ses paupières, mais il a toutes ses fonctions cognitives. C'est le même à l'intérieur", rappelle Véronique, la maman qui gère les intérêts du gamin. "C’est elle qui était en face de Leonardo pour négocier mon contrat pro", raconte, amusé, l'intéressé.

Supporteur du PSG également, le papa a eu l'opportunité de voir son fils jouer en décembre dernier lors d'une rencontre amicale face à l'AJ Auxerre. Une première depuis l'accident. Bien inspiré, Adrien a inscrit deux buts (victoire 3-2 du PSG) mais a surtout montré à son père les progrès accomplis: "C'est lui qui m'a amené au foot. Il le connait très bien. Quand je lui ai annoncé que j’allais passer pro, j’ai quand même compris dans son regard qu’il était très fier de moi", confesse-t-il d'une voix fluette mais assurée au micro d'un web-reportage repris par le quotidien francilien. "Tant qu’on ne vit pas cette maladie, on ne se rend pas compte. C’est un sentiment très frustrant. Depuis son accident en 2007, je me bats sur le terrain pour lui aussi".

Rabiot, petit frère de Sakho et Chantôme

Adrien a maintenant l'objectif de concrétiser la confiance que lui a transmis son club formateur:  "Je ne suis pas du genre à sauter au plafond. C’est un grand jour pour moi et ma famille mais ce n’est pas un aboutissement. Ce n’est que le début de ma carrière. J’ai encore tout à prouver. J’espère faire mes débuts en Ligue 1 cette saison et, pourquoi pas, des apparitions en Ligue des champions". Ambitieux mais réaliste comme le confirme Bertrand Reuzeau, le directeur du centre de formation du PSG: "Notre but premier, c’est que nos jeunes rejoignent le groupe pro et qu’ils y restent, à l’image d’Adrien Rabiot, qui s’entraîne avec eux depuis quelques mois. C’est un très bel exemple, qui montre bien que les portes sont ouvertes et qu’il y aura toujours des débouchés pour les très bons joueurs au PSG. Le club a certes besoin de joueurs de très haut niveau pour être performant à court terme, mais la formation a toute sa place".

Mais n'est-ce pas aller trop vite en besogne pour un gamin qui n'a pas encore une minute de jouée en pro ? Les soi-disant futures stars sont légion dans le monde du ballon rond. Peu importe pour Reuzeau qui voit déjà dans le comportement du PSG un signe de confiance et... de formation: "Si la marche est trop haute pour certains, ils auront tout de même bénéficié d’un enseignement reconnu et de qualité qui doit leur permettre de réussir une belle carrière ailleurs". C'est tout bénef donc... à condition qu'il joue. Qu'en pense Mamadou Sakho ?