Zlatan Ibrahimovic

Interrogé, vendredi, sur l'avancée des négociations avec le Suédois, le directeur sportif du PSG a déclaré que rien n'était "réglé à 100%". Le joueur serait embêté par la mise en vigueur de la taxe "Hollande"...

Le PSG avance doucement mais surement sur le dossier Zlatan Ibrahimovic. Attendu, vendredi soir, à la sortie du Parc des Princes après une après-midi de négociations avec Mino Raiola (l'agent du Suédois), le directeur sportif du Paris Saint-Germain, Leonardo, a daigné lâcher quelques mots sur l'état d'avancement des pourparlers entre le club et l'avant-centre milanais.

Prudence 

"Ce n'est pas réglé à 100%, a affirmé le Brésilien. Les discussions reprendront demain (samedi). Je ne suis ni optimiste ni pessimiste. On va continuer à aller à fond sur ce dossier". Tout dans la prudence, donc, Leonardo. Logique si l'on considère qu'en allant trop vite en besogne, le PSG s'est souvent cassé les dents sur des dossiers "chauds" par le passé. On pense forcément aux arrivées avortées d'Alexandre Pato et David Bekham, parmi d'autres... 

Mais qu'est-ce qui retarde autant la signature du Scandinave ? Certains médias s'accordent à dire que ce n'est plus le salaire du joueur qui freine les pourparlers mais plutôt une histoire d'impôts... Enfin bon, il est toujours question de pépètes, quoi...  Il s'agirait plus précisément de la taxe "Hollande", mise en vigueur par le président de la République, et qui prévoit d'imposer, à hauteur de 75%, les revenus annuels supérieurs à 1 million d'euros. Selon Gilles Verdez, journaliste à RTL, le joueur désirerait "une rémunération garantie fixe, quelle que soit la loi française, en net d'impôt sur tout son contrat (...) Paris travaille donc à une simulation totale sur trois ans de ce que changerait cette taxation. (...) Ibra demande des garanties absolues." Le club serait donc prêt à proposer à "Ibra" un salaire net d’impôts qui s'élèverait à 14,5 millions d'euros, ce qui élèverait le Suédois au rang du deuxième joueur le mieux payé de la planète derrière Samuel Eto'o à l'Anzhi Makatchkala.