Boum vs La Benz', il y a un an

Le défenseur du Panathinaïkos est revenu sur le choc entre le Real Madrid et l'OL, son départ de Lyon ou encore l'équipe de France.

Jean-Alain Boumsong sait de quoi il parle quand il évoque le huitième de finale retour de la Ligue des Champions entre le Real Madrid et l'OL. Il était dans le camp lyonnais l'an passé, lors de la victoire des Gones sur les Merengue au même stade de la compétition (1-0, 1-1). "Cette fois, ce sera très difficile", annonce l'ancien Auxerrois. "Le Real traverse une bonne période. L’OL devra se montrer solidaire et surtout bien résister à l’entame de match pour ne pas être emporté par la tornade, puis les faire douter", analyse-t-il.

Surtout, le géant espagnol compte dans ses rangs un joueur en pleine forme en la personne de Karim Benzema, sur lequel "Boum" ne tarit pas d'éloge: "Karim Benzema sera au cœur des débats. Je suis de ceux qui ont toujours cru dans son talent. Son seul problème était son état d’esprit, mais il est en train de le résoudre. Il est, à son âge, l’attaquant le plus doué que j’aie connu, celui qui a la meilleure intelligence dans le jeu, sans parler de son adresse devant le but".

Transféré au Panathinaïkos l'été dernier, JAB semble regretter de ne plus faire partie de l'effectif qui se rendra à Santiago Bernabeu. "Je me serais bien vu rester à l’OL, un club que j’aime, une ville où je compte m’installer après ma carrière. Retourner à Lyon serait un rêve merveilleux. Je n’ai pas voulu partir. On ne me l’a jamais dit clairement, mais j’ai senti qu’on voulait que je quitte le club (...) Je n’en veux à personne, c’est le monde du football. L’OL voulait réduire sa masse salariale et, étant l’un des revenus les plus importants, j’ai été la première victime de cette politique", explique-t-il lucidement.

"Le sélectionneur a tout pour être un grand coach"

L'international français en a également profité pour évoquer l'équipe de France, un challenge sur lequel il ne tire pas une croix mais qui lui semble bien difficile à accrocher de nouveau. Mais cela ne l'empêche pas d'être enthousiasmé par le groupe modelé par Laurent Blanc: "Cette équipe de France façon Laurent Blanc est jeune, enthousiaste, motivée, sans pression. Il était dur de toute façon de faire pire que Knysna ! Le sélectionneur a tout pour être un grand coach. Mes partenaires en Grèce Cissé et Govou ont été préconvoqués, pas moi. Mais je ne pense pas être banni… Je ne postule à rien du tout, même si les Bleus seraient un bonus, un honneur même, tellement représenter le pays et rendre service à la nation est une fierté".

Il rend au passage un hommage à un ancien banni de la maison Bleu, Philippe Mexès, pour lequel il se dit "heureux" de sa réussite actuelle. Plus étonnant, mais preuve de la grande classe du personnage, Jean-Alain Boumsong n'oublie pas de glisser un mot sympathique à l'attention de Raymond Domench. "Je suis un peu attristé par l’acharnement médiatique contre Raymond Domenech", lance le natif de Douala. "Je peux comprendre, car il a provoqué, attisé la rancœur par son comportement. Même s’il ne m’a pas sélectionné pour le Mondial 2010, sans me donner la moindre explication, ce qui n’est pas très correct, il reste l’un des meilleurs coaches que j’aie connus. Le Domenech serein et maître de lui avec qui j’ai travaillé vaut le coup. Si je passe mes diplômes d’entraîneur, j’irai glaner auprès de lui des conseils sur le côté tactique. Sa connaissance du football m’a marqué". En ces temps difficiles, Ray appréciera ce soutien...

Chronofoot se met en mode OL, et laisse la parole à un supporteur lyonnais toute la journée de mercredi jusqu'au match face au Real Madrid. Retrouvez l'avis de Daniel, fan des Gones, sur l'actualité du jour.

Daniel: "Tout s'explique si Boumsong a appris le football avec Domenech..."