Gareth Bale, la nouvelle star du Real Madrid

Alors que le transfert du gaucher des Spurs a enfin été confirmé officiellement par le Real Madrid, le doute plane toujours autour du prix de celui qui pourrait être le joueur le plus cher de l'histoire, ou pas.

Feuilleton des feuilletons de ce mercato estival, le transfert de Gareth Bale ne pouvait pas se terminer sans un dernier cliffhanger, comme toute bonne série américaine. Ainsi, alors que la presse internationale n'a pas traîné pour relayer l'officialisation du transfert, ou que le nouveau FIFA 14 propose déjà un trailer avec l'ancien Spurs sous le maillot du Real, le doute plane encore sur l'un des éléments du dossier.

91 ou 101 millions d'euros pour le Gallois ?

Alors qu'il est désormais certain que le joueur devrait signer un contrat de 6 ans pour la Maison Blanche, nul ne semble s'être encore mis d'accord sur son prix, objet de nombreux débats ces dernières semaines sur la planète foot. Quand la presse espagnole fait état d'un montant de 91 millions d'euros, les quotidiens britanniques annoncent eux une somme 101 millions d'euros, soit 7 de plus que que pour l'arrivée de Cristiano Ronaldo à Madrid en 2009.

Des informations contradictoires, qui trahissent l'envie de chacun des dirigeants de communiquer sur telle ou telle somme d'argent. Alors que très gourmand président de Tottenham Daniel Lévy souhaite montrer à la face du monde qu'il a réalisé la plus grosse vente de l'histoire du foot, Florentino Pérez aimerait lui ne pas trop en faire. Le président du Real Madrid souhaiterait, au-delà de son envie de ne pas trop communiquer sur ses dépenses et s'éviter une polémique avec son autre star, Cristiano Ronaldo. Le buteur portugais pourrait être en effet froissé d'être détrôné au top 10 des plus gros transferts de l'histoire, d'autant plus par un nouveau coéquipier, soulignait la radio RMC dimanche soir.

Des doutes pas encore levés qui auront de quoi faire durer le feuilleton du transfert de Gareth Bale encore quelques temps, jusqu'à ce que les deux hommes finissent par avouer le montant réel de la transaction.