Robert Pirès

Le vétéran Robert Pirès (37 ans) explique qu'il s'inflige un style de vie très stricte pour pouvoir rester au haut niveau.

A 37 ans, Robert Pirès gambade encore comme un jeune premier. Débarqué à Birmingham pour défendre les couleurs d'Aston Villa l'été dernier, l'ancien international ne pense toujours pas à la retraite. Et pour cela, il fait tout pour que ses gambettes résistent le plus longtemps possible. Ainsi, terminé les excès de son début de carrière, Pirès est devenu sage: "Depuis quelques années je ne sors quasiment plus, je fais plus attention à ce que je mange et bois. Je dois prendre soin de mon corps comme d’une Formule 1, chaque détail compte. Si aujourd’hui je sors jusqu’à cinq heures du matin comme j’ai pu le faire quand j’étais jeune, je mets une semaine pour m’en remettre !", s'amuse-t-il dans un entretien accordé au site de la FIFA.

En fin de contrat en juin prochain, Robie espère pouvoir continuer, que ce soit en Angleterre ou ailleurs: "Je suis proche de la fin et j’en profite au maximum. Beaucoup d’anciens me disent regretter d’avoir arrêté à 32 ou 33 ans alors qu’ils pouvaient continuer. Donc moi, tant que je peux, je continue. Je me suis préparé à ce que ça s’arrête en mai, mais si j’ai un entraîneur et un club qui me font confiance, je me relancerai un autre défi. Je suis prêt à aller au Qatar ou aux États-Unis si le projet est sympa. J’ai même reçu une offre d’Australie. En étant en Premier League, je suis toujours en vue, on ne m’oublie pas. Je me fais encore remarquer".

"Laurent Blanc inspire le respect"

Enfin, en ancien international qu'il est, il n'a pas pu s'empêcher d'évoquer les Bleus. Pour lui, Laurent Blanc, est véritablement l'homme de la situation: "Il inspire le respect. Il est né pour ça. Sa grande carrière de joueur était programmée, celle d’entraîneur l’est tout autant. Il a ça en lui. C’est un meneur d’hommes et il connaît le football, comme Didier Deschamps. Je ne suis pas étonné de sa réussite et je lui fais  confiance à 100 %. Il serait déjà capable d’entraîneur Manchester United aujourd’hui, il a la carrure pour ça". S'il ne trouve pas de clubs, Robert Pirès pourra toujours devenir agent. Il semble avoir quelques idées pour certains.