Franck Dumas

Franck Dumas et Benjamin Nivet, respectivement entraîneur et meneur de jeu du Stade Malherbe de Caen, font part de leur motivation alors que les Normands accueillent les Girondins de Bordeaux ce dimanche à 17h.

Caen, 18e et premier relégable du classement de Ligue 1, aura le dos au mur avant de recevoir les Girondins de Bordeaux (8es) ce dimanche à 17h. A 8 journées du terme de cette saison, les points perdus peuvent compter double au moment où les verdicts définitifs sur ce championnat 2011 - 2012 tomberont.

42 points pour le maintien ?

En conférence de presse, Benjamin Nivet, le meneur de jeu de 35 ans de l'équipe normande, a éclairé les médias sur la façon dont le Stade Malherbe allait appréhender sa rencontre face à Bordeaux : "On affrontera une équipe redoutable, qui a changé de système de jeu et qui est performante actuellement. Au niveau de l'état d'esprit, depuis Ajaccio (0-0 à Caen, ndlr) c'était mieux que lors de notre défaite à Dijon. Il y avait de la volonté, de l'agressivité. Mais ce n'est pas suffisant si on veut gagner des matches. On a besoin de 42 points ou d'un peu moins pour acquérir notre maintien (Caen en compte 30). Tout va bien dans la vestiaire, ça irait encore mieux avec plus de points, au niveau de la confiance. On ne doit pas douter de nous, on va se maintenir car notre groupe a un très bon état d'esprit. Il faut que l'on soit plus réaliste, c'est ce qui a manqué contre Ajaccio". 

"On n'est pas à l'abri de faire un bon match"

Franck Dumas, le coach de Caen, s'est lui aussi exprimé à la veille de rencontrer l'équipe girondine entraînée par Francis Gillot : "Les gars ont fait une très bonne semaine. C'est bien mais ça ne reste que de l'entraînement. On est assez versatiles, on fait souvent les montagnes russes, donc contre Bordeaux, on n'est pas à l'abri de faire un bon match. C'est marrant mais c'est la vérité. On n'a pas le temps de cogiter, ce qui est motivant au niveau du classement c'est que beaucoup d'équipes sont proches les unes des autres et que tout le monde a peur de tout le monde. Des équipes vont laisser des points et on doit en profiter au maximum. Le classement est ce qu'il est mais on est loin d'être perdus. C'est le moment de sortir la haine qu'on a d'être là où on est aujourd'hui. Il y a un travail individuel à faire à mettre au service du collectif, c'est-à-dire se remettre en cause individuellement".

A lire aussi: 

PSG : Ces joueurs qui ont marqué l'histoire du club

PSG - OM : Ces joueurs qui ont joué pour les deux clubs