Thiago Silva, l'éternel absent

Plus gros transfert de l'histoire de la Ligue 1, le défenseur brésilien n'a toujours pas été utilisé par le club de la capitale. Toujours en récupération après une blessure à première vue bénigne, son indisponibilité chronique laisse planer le doute quant à son adaptation au club.

Thiago Silva n'a pas entamé de la meilleure des manières son année sous les couleurs parisiennes. "O Monstro" n'a pour le moment disputé aucune rencontre, lui qui est arrivé avec le statut de meilleur défenseur central du monde il y a presque deux mois. Si officiellement, la fatigue physique et psychologique accumulée après une année complète au Milan AC et un été plein aux JO sont responsables de son absence, plusieurs autres aspects pour le moins inquiétants laissent à penser que cette affaire pourrait être bien plus grave que prévue.

Il n'a toujours pas joué

Thiago Silva a réalisé trois saisons pleines avec le Milan AC, contrastant avec ses débuts entre 2003 et 2006, où celui-ci n'a pris part qu'à 60 rencontres. Au Fluminense, l'international brésilien a vécu une véritable renaissance, sans pour autant être aligné plus de 30 matches par saison. Contacté par Chronofoot peu de temps après son arrivée, Thiago Barros de la Gazetta Esportiva avait alors assuré "qu'il n'aurait aucune difficulté à s'imposer car c'est un exemple sur le terrain, un véritable leader." Mais à Paris, devant l'effectif pléthorique bourré de stars, on en oublie presque qu'un athlète recruté pour 42 millions d'euros il y a deux mois n'a toujours pas joué.

En effet, l'international brésilien n'aurait pas supporté, aussi bien physiquement que moralement, l'accumulation des matches due notamment à sa participation aux JO. Touché à la cuisse droite, Thiago Silva a du mal à récupérer. Ce mardi, des déclarations d'un membre du PSG sont alors survenues, et ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. "Comme tous les joueurs qui sortent d’une longue compétition, Thiago a subi une forme de décompression. Ensuite, cette compétition s’est terminée sur un échec difficile à évacuer. Enfin, il découvrait Paris, un nouvel environnement. Quand on ajoute ces trois facteurs, on comprend qu’il était en état de fragilité", a-t-il déclaré au Parisien. Fragilité, le mot est lâché et peut laisser place à plusieurs interprétations, surtout que le joueur est parti se soigner au Milan...

"Un des symboles de ce PSG millionnaire qui vient se faire soigner dans l’un des clubs les plus tourmentés de notre championnat, c’est quand même spécial", s'amuse la Gazetta dello Sport. Tout ça ajouté au fait que l'international brésilien avait très mal vécu son départ pour Paris tant il était attaché au club milanais. Sans compter aussi que les joueurs du PSG blessés sont en général envoyés au Qatar pour entamer les séances de rééducation. Ainsi, aussi bien les Qataris que les supporteurs commencent à avoir des raisons de se plaindre, surtout que l'international brésilien devrait rater le prochain match face à Toulouse mais également celui face au Dynamo de Kiev. Reste maintenant seulement à savoir s'il effectuera son grand retour le 22 septembre, contre Bastia. De quoi tout de même se poser la question suivante : les JO ont-ils réellement eu une incidence ? 

Les JO, juste une compétition de plus

Neymar, Juan Mata, Edinson Cavani, Luiz Suarez... ou encore Jordi Alba, qui a également disputé l'Euro 2012, tous ces joueurs ont également participé aux JO. Pourtant, depuis le début de la saison aucun d'entre eux n'a eu de pépins physiques. Sans parler de joueurs comme Xavi ou Ronaldo, qui ont tourné à plus de 50 matches l'année dernière en plus de l'Euro. Si Thiago Silva n'a pas les ressources pour tenir le coup, c'est aussi un signe qu'il n'a pas toutes les qualités requises pour être celui que l'on a très vite dénommé "le meilleur défenseur central au monde."

Alors que l'on croyait qu'il avait dépassé les nombreuses étapes sinueuses de sa carrière au cours desquelles il a éprouvé toutes les peines du monde à s'adapter aussi bien au FC Porto qu'au Dynamo Moscou, Silva rechute. Le retour des problèmes d'adaptation ? Il est sûrement un peu trop tôt pour spéculer mais une chose est sûre, l'international brésilien aurait préféré rester au Milan AC, un club où il se sentait très bien. Et si le membre du PSG a avoué la fragilité du Brésilien, elle n'était semble-t-il pas seulement physique...

Le retour des faiblesses psychologiques ?

Alexandre Juillard, spécialiste du football latino-américain nous en avait dépeint le portrait mi-juillet et se souvient encore de son gros passage à vide lors de sa première traversée de l'Atlantique. "D'autant plus qu'il est plutôt du genre timide et a eu du mal à communiquer avec le club." Timidité, fragilité, sont les termes qui reviennent couramment pour un joueur qui est passé tout près de la mort après une tuberculose contractée en Russie.

Le mal du pays, ce n'est pas non plus quelque chose de nouveau pour lui. Sauf que cette fois-ci, on pourrait plutôt parler d'un mal de l'Italie. On le sait bien, il n'est jamais facile d'obliger quelqu'un à jouer dans un club contre son envie. Et rappelons-le, peu de temps après l'officialisation du transfert, il avait déclaré : "Mon transfert à Paris n'a pas été à 100% ma décision. Je venais juste de prolonger mon contrat. J'étais à la fois heureux de ce transfert et triste de quitter Milan, parce c'est un club dans lequel j'ai vécu des émotions fortes. Le football est ainsi fait, un jour vous êtes là, le lendemain, ici. J'avais prolongé mon contrat une semaine auparavant. Ce n'est pas de ma faute, je demande pardon aux supporteurs milanais."

Coup de fatigue, coup de blues, simple manque de motivation, ou faille dans la communication, une chose est sûre, quelque chose ne tourne pas rond pour le Brésilien à Paris.