Thiago Silva, itinéraire d'un miraculé trop timide pour jouer au football

Ce dimanche, Téléfoot  a réalisé un reportage poignant sur Thiago Silva. On y apprend qu'il a côtoyé la mort, et qu'il était trop timide pour jouer au football. Ses proches, dont son meilleur ami Alex, sont revenus sur une carrière qui aurait pu brusquement s'arrêter.

Aujourd'hui au PSG, Thiago Silva est considéré comme l'un des meilleurs défenseurs au monde, voire le meilleur. Passé par les plus grands clubs comme Porto ou l'AC Milan, le Brésilien n'a pas toujours eu une vie dorée. "Je n'ai pas eu que des moments faciles dans ma vie. Il y a eu des épreuves à surmonter. Aujourd'hui je peux vous le dire en face, je suis un survivant.", expliquait-il à Téléfoot. Retour sur l'itinéraire d'un enfant frappé par la maladie.

Un jeune trop timide pour jouer au foot

Interviewé par Téléfoot, Alex, le meilleur ami de Thiago Silva depuis plus de quinze ans a raconté comment le Brésilien a goûté aux joies du cuir pour la première fois : "A Santa Cruz, près de Rio de Janeiro, il a passé toute son enfance. Il était là-haut, il jouait au cerf-volant, c'est là que je l'ai connu. On l'appelait, 'Viens Thiago on va jouer au foot sur le terrain entre les deux rues', et il descendait rapidos." Pourtant, le joueur du PSG a mis un certain temps avant de rejoindre ses copains sur le terrain vague. Trop timide, il n'osait pas y aller : "Je passais beaucoup de temps sur la terrasse, je voyais les gens jouer au foot, mais je n'avais pas vraiment le courage d'y aller, j'étais trop timide, jusqu'au jour où j'ai eu un déclic, l'envie de les rejoindre. Les gamins m'ont appelé, et là je n'avais plus le choix, je devais y aller, et j'ai commencé à jouer." Un courage qui apportera les résultats que l'on connaît tous aujourd'hui.

Mais avant cela, la route a été longue. Rayon de soleil dans un quotidien souvent maussade, Delfina, la mère de son meilleur ami Alex, qu'il considère "comme sa deuxième maman". Elle aussi lui a toujours apporté son soutien : "Moi j'ai créé un gâteau que j'ai appelé Thiago Silva, et je vais vous dire, beaucoup de gens sont jaloux. Il l'adore depuis tout petit, on l'a appelé Thiago Silva car il mangeait tout. Quand il vient, il en rapporte toujours une grosse part."

Une enfance difficile

A Rio, Thiago n'a pas connu une enfance de tout repos. Dans une ville frappée par la délinquance, il aurait même pu mal tourner : "Je dois beaucoup à ce quartier car j'y ai appris énormément là-bas. J'ai vu beaucoup de belles choses mais aussi des choses négatives. C'est vrai, j'aurais pu prendre le mauvais chemin, faire des mauvais choix et mettre en péril mon avenir."

Mais encore une fois, le football l'a sauvé, même si jouer dans de bonnes conditions était rare. Refusé dans les centres de formation de Fluminense, de Flamengo et du Vasco de Gama, il a trouvé son havre de paix au Barcelona de Rio. Auguste, son premier président, se souvient : "On a été le point de départ de sa vie, tous les enfants du club avaient le même problème, bien qu'ils habitaient à Rio, ils avaient des carences alimentaires. Ca, c'était la première difficulté. La deuxième, c'est la partie financière, l'argent que la famille n'avait pas. Nous à l'époque, on est apparu comme une porte de sortie." C'est donc dans sa bourgade qu'il compose ses gammes, même si là encore, tout n'était pas rose. "J'essayais de jouer en tennis ou pieds nus pour garder mes vraies chaussures de foot pour le dimanche, car à l'entraînement, on risquait de les déchirer, et pour les matches officiels on devait avoir de vrais crampons. C'était ma plus grande crainte de ne pas pouvoir jouer le dimanche.", s'est remémoré Thiago Silva.

Thiago Silva, un miraculé du football

Star du PSG, et footballeur de renom, TS ne l'a pas toujours été. Quand il regarde dans le rétroviseur, c'est non sans peine qu'il évoque son passé : "Aujourd'hui je suis un joueur reconnu du psg, parfois adulé, quand je regarde en arrière je vois tout ce que j'ai dû accomplir pour en arriver là, et croyez-moi rien n'a été facile." Car en effet, si le joueur a réussi à vaincre ses problèmes financiers, il allait faire face à un adversaire beaucoup plus redoutable, qu'il n'avait encore jamais affronté, la mort. Transféré à Porto en 2004, malade, il rejoint Moscou un an après. Voyant sa santé se dégrader, il passe plusieurs tests. Là, le verdict tombe comme un couperêt : le joueur est atteint de la tuberculose, maladie complètement incompatible avec le football, qui cause des problèmes respiratoires.

"J'aurais pu y laisser la vie, si la maladie avait été découverte quelques semaines plus tard. Quand le médecin m'a montré la radiographie de mes poumons, j'étais désespéré, j'ai tellement pleuré.", a expliqué le Brésilien. Mais pour combattre cette saloperie, il a pu, comme toujours, compter sur le soutien de son meilleur ami. Celui-ci raconte, en larmes : "Quand j'ai appris la nouvelle, c'était difficile d'y croire. Je devais aller là-bas, je devais voir mon ami. Je n'avais jamais quitté le Brésil mais je ne regrette pas. Si je devais le refaire, je le referai à nouveau. On a vécu ici un des moments les plus tristes." Au bout de quatre mois, Thiago vainc la maladie.

De nouveau sur pieds, rien ne lui promettait de retrouver le football. Dans l'espoir de retrouver les pelouses, TS retourne dans son pays natal, et plus précisément à Fluminense. "Après ma maladie, Fluminense s'est comporté avec moi comme un amour, je supportais déjà ce club, et tout de suite après la tuberculose ça a été pour moi un grand amour, l'équipe m'a ouvert ses portes pour un retour dans le foot. Je suis ému à chaque fois que je parle de Fluminesne, parce que, si j'avais été ailleurs, je ne serai probablement pas aujourd'hui l'un des meilleurs défenseurs du monde." C'est ainsi que Thiago Silva lance véritablement sa carrière. Il enchaîne les matches, et devient "O mostro". Ensuite, il connaît la véritable consécration, avec un transfert à Milan, puis au PSG. En Europe, il y récolte même le précieux Samba d'Or... Quel parcours pour un joueur destiné à combattre la maladie !