Barack Obama joue au golf avec Tiger Woods

Le président des Etats-Unis et le golfeur américain se sont offert un 18 trous à l'abri des regards indiscrets de la presse. De quoi déclencher un tollé outre-Atlantique.

Difficile de faire les choses discrètement quand on est le président de la première puissance mondiale. Barack Obama l'apprend quotidiennement depuis 2008 et en a fait une nouvelle fois l'expérience ce week-end en Floride. Mais il faut dire que le père de "Yes We Can" n'a pas fait dans la dentelle. Se taper un 18 trous pour se détendre ok, mais le faire avec le golfeur le plus populaire du monde, Tiger Woods, il ne faut pas non plus pousser.

Un devoir de "transparence" 

Car si les médias n'ont pas été conviés pendant la courte retraite du président des Etats-Unis à Palm City (Floride), ils ont en revanche fait entendre leur mécontentement de ne pas pouvoir relayer la partie endiablée entre Barack et Tiger sur le green du Floridian. Qu'on se le dise, Barack souhaitait être tranquille et ne voulait peut-être pas que Tiger lui mette une correction en mondovision.

"Je peux dire qu'une large part de nos membres, que ce soit la presse écrite, électronique, radio ou télévisée, m'ont exprimé leur grande colère pour n'avoir eu absolument aucun accès au président des Etats-Unis pendant tout ce week-end", a lâché, Ed Henry, le président de l'Association des correspondants de la Maison Blanche, relaie Le Parisien. Habituellement suivi par une dizaine de journalistes, micro et caméra à la main, le 44e président des States à cette fois voulu un peu d'intimité. Mais pour les gratte-papiers, c'est une question de principes... et aussi un peu d'histoire.

Car sous les mandats de Clinton, Bush et même pour Obama I, les fameuses parties de golf étaient soumises aux caméras des reporters. "Il existe un principe tout simple mais très important pour lequel nous continuerons à nous battre, pour aujourd'hui et dans les jours à venir: la transparence", poursuit un Ed Henry grandiloquent.

Un seul journaliste a pu assister à la partie

Sauf que ce qui a agité  le microcosme journalistique américain, c'est bien la présence de l'un d'entre eux sur le green. Tim Rosaforte, spécialiste reconnu de la petite balle blanche, a twitté à plusieurs reprises sur la partie entre les deux hommes. Du côté de la Maison-Blanche, on se défend avec un communiqué tout ce qu'il y a de plus banal et insipide. "L'accès à la presse accordé par la Maison Blanche aujourd'hui est parfaitement cohérent avec l'accès à la presse offert pendant de précédentes parties de golf présidentielles. Il est aussi cohérent avec l'accès à la presse promis aux correspondants de la Maison Blanche avant l'arrivée (de M. Obama) en Floride vendredi soir"

Et pourtant, la véritable question que tout le monde se pose reste en suspens. Qui a gagné cette partie au sommet entre deux des hommes les plus populaires des USA ? Ça ne nous empêche pas de dormir, mais bon quand même un peu...