Tanguy de Lamotte à bord d'Initiatives Coeur

Après 98 jours en mer, Tanguy de Lamotte a achevé son tour du monde, en dixième position. L'expérience aura pourtant été un succès pour le skipper d'Initiatives Cœur, dont l'objectif était ailleurs : son action caritative en faveur des enfants malades.

Vingt jours après François Gabart, vainqueur du septième Vendée Globe, Tanguy de Lamotte a lui aussi bouclé son tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale. Le skipper d'Initiatives Cœur termine 10e de la course, après avoir effectué le tour du monde en 98 jours, 21 heures, 56 minutes et 10 secondes. Pour sa première participation, sur un des bateaux les moins récents engagés dans ce Vendée Globe, le Versaillais a donc accompli un exploit. Mais son but était aussi, et surtout de promouvoir l'association qui parrainait son embarcation, grâce à laquelle le tour du monde de Tanguy de Lamotte a aussi permis de sauver des enfants malades.

Pour le skipper tricolore, ce Vendée Globe aura donc été un succès sur toute la ligne. "Le Vendée Globe, c'est difficile et ça l'a été, note Tanguy de Lamotte dans les colonnes du Télégramme. Il ne faut pas que ça devienne une promenade de santé. Mais je suis heureux parce qu'on a explosé les objectifs : on voulait faire le tour entre 95 et 100 jours et sauver sept à huit enfants. On a mis 98 jours et 15 enfants ont été ou vont être opérés. C'est génial !"

"Penser aux enfants a été une vraie source de motivation" 

L'arrivée aux Sables d'Olonne dimanche, où il fut accueilli par Catherine Chabaud et Guy Roux, parrains de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque, à l'origine du projet, lui aura permis de constater que sa mission a été remplie avec succès. "Je vais mettre un peu de temps à réaliser, concède-t-il tout de même. Mais je suis là, j'ai fait un tour du monde : c'est fou ! J'avais la responsabilité de la chaîne de solidarité. C'était une mission. Penser aux enfants et aux clics du public a été une vraie source de motivation. Dans les moments difficiles, j'y pensais et ça me redonnait le moral." Cinq des quinze enfants sauvés grâce à son aventure caritative étaient d'ailleurs également présents au Port Olona pour fêter leur héros.

De son propre aveu, ce voyage a transformé Tanguy de Lamotte à tout jamais. "On pense quelquefois qu'on n'a plus d'énergie, qu'on arrivera pas à se lever le lendemain, mais on y arrive. Même quand j'étais très bas dans mes batteries d'énergie perso, ça m'a rendu plus fort. J'ai changé, c'est sûr", explique-t-il. Car le Vendée Globe est autant un combat contre les éléments que contre soi-même. "La fatigue interne et profonde est là. C'est une course d'endurance. J'ai eu le temps de me préparer mais les émotions sont différentes. C'est long, ça prend aux tripes, on ne peut pas se mentir sur 100 jours." De là à penser que sa noble quête a poussé Tanguy de Lamotte à se surpasser, il n'y a qu'un pas, que nous franchirons allègrement.