Zlatan Ibrahimovix

L'attaquant vedette parisien a fait le buzz dimanche en se rendant incognito dans un parc d'attractions de la région parisienne. Seul problème, quand on s'appelle Zlatan Ibrahimovic, on ne peut rien faire tranquillement. Du coup, Chronofoot a rencontré le directeur du Parc Astérix pour qu'il nous raconte les dessous de cette visite surprise.

Quand on fait 1m95, difficile de passer inaperçu. Alors quand on est la plus grande star que notre championnat domestique ait connu, ça l'est encore plus. Zlatan Ibrahimovic l'a un peu appris à ses dépens dimanche lors de sa visite... au Parc Astérix. Les gentils visiteurs gaulois ne s'attendaient pas à voir débarquer un viking au sein de leur village. La toile et surtout Twitter s'est emparé du ramdam et les photos volées du joueur se sont multipliées. Chronofoot a voulu en savoir plus et a donc été directement interrogé le chef de tribu: Pascal Fliche, directeur du parc d'attractions.

On a trouvé comment arrêter Zlatan 

"Vous avez suivi la saga !", se marre-t-il d'entrée quand nous lui expliquons que nous voulons connaitre les détails de cette visite un peu hors du commun. "Il y a eu un véritable engouement. Au départ, les gens ne faisaient pas attention et puis en début d'après-midi le bruit s'est propagé", poursuit-il. "On a du un peu renforcer la sécurité". Et combien faut-il de gardes du corps pour surveiller un Zlatan en Gaule ? 12 hommes au total dont un accompagnateur et un interprète pour rendre cela le moins lourd possible. 12. Les coaches de Ligue 1 savent désormais ce qu'il faut faire pour contrer le meilleur buteur du championnat.

La venue d'une superstar se prépare. Ne croyez pas qu'on improvise le marquage à la culotte sur un Zlatan en pleine forme. "On a été prévenu 24h à l'avance. On a un service d'accueil pour les célébrités qui varie en fonction de la notoriété". Et Zlatan, il est où sur l'échelle des stars ? "C'est un Top !", renchérit Pascal Fliche. Pour autant, le Suédois a eu le droit, comme tout un chacun, de profiter du parc comme une personne normale. "On préserve la quiétude et la vie privée. On n'a pas fait d'annonce". Mais la nouvelle s'est vite propagée et la star a dû quitter la plupart des attractions par des portes dérobées.

Il est venu, il a vu... il a pouponné 

Traité de "Gaulois" par les supporteurs bastiais le samedi (ce qui est considéré comme une insulte par les insulaires), Zlatan l'a été littéralement le lendemain. "Il est venu dans le village gaulois pour rencontrer Astérix et Obélix. C'est beau un Viking qui vient rencontrer un chef de tribu". Ce que retient surtout le directeur du centre de loisirs, c'est la très grande disponibilité du Suédois: "Zlatan a joué le jeu. Il nous a dit ok pour le public dans la limite du raisonnable".  

Mais la question qui taraude tout le monde est bien celle-ci: 'Quelles sont les attractions qui ont fait tourner la tête de Zlatan Ibrahimovic ?'. Réponse: aucune. Pour des raisons d'assurances ou pas, l'attaquant parisien a sagement attendu son frère, sa belle-sœur, sa femme et ses deux gamins. "Zlatan n'a pas fait de manèges. Il est venu pour ses enfants. Certains viennent pour s'amuser entre copains, pas lui. Il s'est occupé à fond de ses enfants. C'est un bon père de famille".

L'histoire ne dit pas si Ibrahimovix a prévenu Carlo Ancelottix de sa venue au Parc Astérix. Nul doute qu'il racontera sa formidable après-midi à ses fidèles coéquipiers Blaise Matuidix et Marco Verrattix. Sinon, Zlatan est-il tombé dedans quand il était petit ? Ça, on ne le sait toujours pas...